VIDEO. Avignon s'inquiète d'une possible annulation du festival

Le festival de théâtre d'Avignon (Vaucluse) est menacé par la grève des intermittents du spectacle.

(C. MARCOTTE - B. GAZET / FRANCE 2)

Bravant la colère des intermittents du spectacle descendus dans la rue, le gouvernement a annoncé, lundi 16 juin, qu'il ne reviendrait pas sur l'accord d'assurance-chômage, tout en se disant prêt à remettre à plat le système de l'intermittence.

Le ministre de l'Emploi "envisage d'agréer la convention du 14 mai et les textes qui lui sont associés", écrit le gouvernement, qui précise qu'elle "entrera en vigueur le 1er juillet pour une période de deux ans". La menace pèse désormais sur les festivals d'été, notamment pour le "in" d'Avignon. Les personnels de cette manifestation phare de l'été ont menacé, la semaine dernière, de se mettre en grève dès l'ouverture du festival, le 4 juillet.

"La fin d'une certaine idée de la gauche"

"Si la gauche assassine le festival d'Avignon et les autres festivals en signant cet accord, ce sera vraiment la fin d'une certaine idée de la gauche aussi", a lâché le directeur du festival d'Avignon, Olivier Py, en s'adressant à Manuel Valls. S'il a décidé de valider le texte, le gouvernement cherche une porte de sortie pour sauver les festivals de l'été.

A Avignon (Vaucluse), les commerçants comment à s'inquiéter. "S'il n'y a pas de festival, on n'embauchera pas", prévient un restaurateur. Les spectateurs n'osent pour l'instant pas réserver leurs billets et leur chambre d'hôtel devant le risque d'annulation.

Une terrasse de restaurant à Avignon (Vaucluse), pendant le festival, en 2013.
Une terrasse de restaurant à Avignon (Vaucluse), pendant le festival, en 2013. (AMANTINI / AFP)