Humour et politique : le Press Club procède à une première sélection de "petites phrases"

Le jury du "Prix Press Club" 2012 a procédé, lundi 19 décembre, à une première sélection de "petites phrases" en vue de récompenser "l'auteur de la phrase la plus hilarante de l'année", qu'il s'agisse "d'humour volontaire ou involontaire".

André santini, député et maire d\'Issy-les-Moulineaux.
André santini, député et maire d'Issy-les-Moulineaux. (BORIS HORVAT / AFP)

Le jury du "Prix Press Club" 2012 a procédé, lundi 19 décembre, à une première sélection de "petites phrases" en vue de récompenser "l'auteur de la phrase la plus hilarante de l'année", qu'il s'agisse "d'humour volontaire ou involontaire".

Cinq "petites phrases" ont été retenues lundi par le jury du "Prix Press Club" composé d'humoristes et de journalistes. Collectées depuis le 1er juillet 2011, elles font partie de la première des trois sélections. Deux autres auront lieu en mars et juin 2012.

La première sélection a retenu une déclaration du ministre des Transports Thierry Mariani qui a affirmé "c'est plus facile de pacifier la Libye que l'UMP". Autre phrase retenue, celle de la sénatrice UMP Chantal Jouanno qui expliquait, le 26 septembre, que "la droite à Paris, c'est la guerre des boutons avec des bazookas".

"Le socialisme, c'est vraiment une île au milieu des terres"

Le député et président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Christian Jacob, s'est pour sa part distingué en déclarant, le mardi 6 décembre : "Le socialisme, c'est vraiment une île au milieu des terres".

Au centre, Jean-Christophe Lagarde, président du Nouveau centre, a été sélectionné pour une allusion aux faibles intentions de vote attribuées au candidat de son parti à la présidentielle Hervé Morin: "0% pour un fromage, c'est bon pour la santé mais pas pour un sondage présidentiel".

A gauche, Ségolène Royal (PS) s'est illustrée à la veille de la primaire socialiste à laquelle elle participait en déclarant : "Ce n'est pas plus mal que ce soit une femme qui soit élue pour faire le ménage" en 2012.

"Hervé Morin est un peu court..."

Enfin, le jury a "tenu à saluer" le parrain du prix, André Santini, député-maire d'Issy-les-Moulineaux, qui déclarait le 21 novembre, sur France 2: "Hervé Morin est un peu court, il va sauter du pont de Normandie mais je ne sais pas si l'élastique est bien fixé".

Laurent Fabius avait remporté l'édition précédente avec sa déclaration: "Mitterrand est aujourd'hui adulé, mais il a été l'homme le plus détesté de France. Ce qui laisse pas mal d'espoir pour beaucoup d'entre nous".

"Zadig et Voltaire"

L'édition 2011 avait décerné le prix de l'encouragement à Frédéric Lefebvre, alors secrétaire d'Etat au Commerce, pour sa réponse à la question "Quel est le livre qui vous a le plus marqué ?" : "Zadig et Voltaire".