Cet article date de plus de neuf ans.

Hollande réaffirme son opposition ferme à la GPA

François Hollande a déclaré, dans une lettre rendue publique vendredi, que la circulaire Taubira sur la nationalité des enfants nés de mère porteuse ne constitue "en aucun cas une reconnaissance de la gestation pour autrui". Il a rappelé aussi qu'il est "fermement opposé" à la GPA.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Philippe Wojazer Reuters)

Depuis mercredi, l'examen du texte sur le mariage pour tous est perturbé à l'Assemblée nationale par la polémique lancée par une circulaire de Christiane Taubira envoyée aux greffiers des tribunaux d'instance pour faciliter la délivrance de certificats de nationalité française aux
enfants nés de mère porteuse à l'étranger.

François Hollande a réagi à la polémique dans une lettre rendue publique vendredi et adressée jeudi au chef de file des députés UMP Christian Jacob. Ce dernier avait écrit lui-même mercredi au chef de l'Etat sur le sujet. Dans la lettre, le président de la République y déclare que la circulaire Taubira ne constitue "en aucun cas une reconnaissance de la gestation pour autrui". Il se déclare aussi "fermement opposé" à cette pratique. La lettre a été lue par Christian Jacob lui-mêrme dans l'hémicycle.

L'examen des articles du texte sur le mariage pour tous retardé 

La polémique sur la gestation pour autrui (GPA) a continué, vendredi matin, à enflammer les débats à l'Assemblée nationale. Elle a retardé l'examen des articles sur le mariage pour tous. Hervé Mariton, principal orateur de l'UMP, a accusé trois membres du gouvernement de s'être déclarés favorables à la GPA, dans une tribune libre au Monde en 2010 .

Le député a cité Najat Vallaud-Belkacem, actuelle porte-parole du gouvernement, Aurélie Filipetti, ministre de la Culture, et Alain Vidalies, ministre des Relations avec le Parlement. Il a aussi demandé : "C'est quoi le gouvernement qui est opposé, c'est le quart du gouvernement, la moitié du gouvernement ? " Ses collègues de l'UMP ont aussi multiplié les appels au règlement, revenant sans cesse à la question de la GPA.

Des propositions de loi sur la GPA de l'UMp et du PS en 2010

Le député PS Olivier Dussopt a contre-attaqué dans l'hémicycle. "Que pensez-vous, députés de l'UMP, de la proposition de loi du sénateur UMP Alain Milon, du 27 janvier 2010, co-signée avec 22 sénateurs de droite, proposant la régularisation de la GPA, son remboursement par la Sécurité sociale? La confusion est chez vous! La majorité ne régularisera pas la GPA, mais, vous, clarifiez vos positions ! ", a-t-il lancé.   

La proposition de loi UMP (à voir sur sur le site du Sénat) a été déposée le même jour qu'une proposition de loi socialiste sur le même thème. Elle proposait "d'inscrire la gestation pour autrui dans le cadre de l'assistance médicale à la procréation. Elle deviendrait un instrument supplémentaire au service de la lutte contre l'infertilité, sans que soit reconnu pour autant un +droit à l'enfant+".

Les deux textes sont issus des réflexions d'un groupe de travail, pluraliste, institué en janvier 2008 par le Sénat.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.