Cet article date de plus de sept ans.

Hollande deux ans à l'Elysée : un anniversaire à oublier

EXPLIQUEZ-MOI | François Hollande va tout faire ce mardi pour faire oublier un anniversaire, les deux ans de son élection à la présidence de la République. Car son bilan est assez terrible...
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
 (Charles Platiau Reuters)

C'est
l'histoire de deux années ou presque rien n'a fonctionné comme la majorité
l'aurait voulu. Quand aujourd'hui, vous demandez à sa famille politique, ce qu'il
faut retenir pour l'instant des débuts du quinquennat de François Hollande, les
 premières réponses, les plus spontanées,
sont souvent embarrassées, voir agacées. Un exemple avec le député Arnaud Leroy
: "On retient la difficulté. Qu'est-ce que vous voulez que je vous
dise?"

C'est assurément
l'une des réponses qui revient le plus. Il n'a pas suffisamment été dit que les
temps étaient durs. Mais pour le politologue du centre d'études européennes de
Sciences Po, Gérard Grunberg, c'est avant tout une faute politique, de François
Hollande. Le chef de l'Etat n'a pas assumé, dans la première partie de son
quinquennat, sa politique sociale-démocrate d'où le malentendu et l'échec : "Je
crois que cette nouvelle phase prend la suite d'une période d'échec, il faut le
dire...
"

Et pour
Gérard Grunberg, même si maintenant François Hollande assume plus ouvertement une
politique tournée vers les entreprises et vers les économies, tout reste encore
à faire au Parti socialiste qui n'est pas sur cette ligne. Ça promet de beaux
débats d'ici l'année prochaine, d'ici l'élection du prochain premier secrétaire.

Mais est-ce
que tout le monde dans les rangs socialistes... se montre aussi sévère avec le
bilan de François Hollande ?

 Certains
plutôt que de remettre en cause aussi directement le chef de l'Etat et sa
politique, préfèrent, pour ne pas donner l'impression d'échapper à tous ces
débats, retenir une promesse non tenue, ou plutôt un objectif non tenu comme le
porte-parole du Parti socialiste, Olivier Faure : "Nous avons trouvé une
situation que nous avons peut-être sous-évaluée au départ
..."

Et il faut
ajouter à ce tableau des deux ans de François Hollande élu président de la
République, un pays pas franchement apaisé, notamment par le débat, très long,
sur le Mariage pour Tous. Et un président normal qui a bien été obligé de se
rendre compte qu'être président, ce n'était pas tout à fait normal.

Ce que
vous êtes en train de nous dire, c'est que le quinquennat de François Hollande
est franchement mal parti ?

En tout cas,
les deux premières années, sur le plan politique, n'auront pas servi à
grand-chose et surtout l'image de François Hollande est aujourd'hui très très
abimée.

Pour tomber
en dessous des 20% de satisfaits,  mais
surtout pour concentrer 75% de mécontents ou très mécontents. Il faut se
rappeler les évènements qui ont ponctués ces deux ans de pouvoir. La hausse du
chômage, la hausse de la fiscalité, la reprise houleuse de Florange, l'affaire
Cahuzac, Léonarda, autant de faits qui ont ruiné le capital sympathie de
François Hollande et qui ont  renforcés l'image négative d'un homme qui ne
tranche pas...

C'est
l'analyse que tire de ses études le directeur général délégué de l'institut
Ipsos. Brice Teinturier, qui estime aussi que remonter, dans les sondages, sera
difficile pour François Hollande. C'est le problème du quinquennat, le temps
est court : "Les choses bougent en réalité souvent peu. Mais il peut y avoir des améliorations..."

C'est
pour ça que l'on va beaucoup voir François Hollande dans les heures qui
viennent ?

Une heure à
la télé ce matin, puis une visite en banlieue parisienne pendant près de trois heures,
de quoi alimenter les journaux. Ç a va faire du François Hollande, matin,
midi et soir, le  jour anniversaire de
son élection,  6 mai 2012 – 6 mai 2014.
Comme ça, cela réduira d'autant les images d'archives et tous les commentaires
désagréables sur ces deux ans. Exactement ce que l'on vient de faire...

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.