Cet article date de plus de neuf ans.

Hollande dégaine de nouvelles mesures, pour se relancer à 40 jours du 1er tour

Fiscalité, immigration, euthanasie : après avoir connu un certain tassement dans les sondages, le candidat socialiste, invité de l'émission Des paroles et des actes sur France 2, a fait quelques annonces. Revue de détail.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Fiscalité

Combatif pour les uns, sur la défensive pour les autres, François Hollande, en tout cas, n'est pas venu les mains vides sur France 2, apportant annonces et/ou précisions notamment sur sa politique fiscale. En la matière, il a expliqué qu'il avait l'intention de rétablir le plafonnement des impôts directs nationaux à 85% des revenus des contribuables, et qu'il entendait "taxer les exilés fiscaux français " dans trois pays - Suisse, Belgique et au Luxembourg - en renégociant les conventions bilatérales entre eux et la France. Une proposition proche de celles de Nicolas Sarkozy et Jean-Luc Mélenchon. 

Immigration

Le candidat PS s'est aussi particulièrement étendu sur ses idées en matière d'immigration. Il a réitéré sa proposition d'organiser chaque année un débat au parlement pour fixer un quota d'immigrés économiques. A précisé aussi que les demandes d'asiles seraient "traitées en six mois" et annoncé la création d'"une brigade spécialisée dans la lutte contre les filières clandestines et les passeurs". 

Social & santé

François Hollande s'est engagé à multiplier par trois le nombre d'enfants de moins de trois ans accueillis en école maternelle. Il a encore affirmé qu'il réduirait le prix des médicaments, qu'il veillerait à augmenter le nombre de places en soins palliatifs. Enfin, il a évoqué la question de l'euthanasie, prônant "une procédure " avec l'accord du patient, de sa famille et l'avis de quatre médecins.

Ambiance

François Hollande a terminé l'émission en qualifiant cette campagne de particulièrement agressive, après avoir au début déploré "les excès " et "la vulgarité " de son adversaire, sans jamais le nommer. Son débat avec Jean-François Copé, le secrétaire général de l'UMP, a en tout cas été particulièrement tendu. Dialogue de sourds, tournant à la cacophonie. Qui l'a emporté ? Sur Twitter, les avis des téléspectateurs étaient très partagés. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.