Cet article date de plus de dix ans.

Hervé Morin appelle les électeurs centristes et du FN à voter Nicolas Sarkozy

Hervé Morin a appelé, mercredi 25 avril, les électeurs du centre et du Front national à voter pour Nicolas Sarkozy. Il estime que le programme du président-candidat est à-même de "répondre aux attentes de ceux qui ont exprimé un vote différent".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Hervé Morin juge que Nicolas Sarkozy peut "sans grand-écart" répondre aux attentes des électeurs FN. (FRED DUFOUR / AFP)

Hervé Morin a appelé, mercredi 25 avril, les électeurs du centre et du Front national à voter pour Nicolas Sarkozy. Il estime que le programme du président-candidat est à-même de "répondre aux attentes de ceux qui ont exprimé un vote différent".

Il ne s'était plus exprimé publiquement depuis le retrait de sa candidature à l'élection présidentielle, le 16 février. Mercredi 25 avril, le président du Nouveau Centre, Hervé Morin, a appelé les électeurs centristes et du FN à voter Sarkozy au second tour estimant que le programme du candidat-président peut "sans grand-écart" répondre aux attentes qu'ils ont exprimées dans les urnes dimanche dernier.

Cibler les causes multiples du vote FN

"Sans grand écart, nous sommes en mesure de dire que le programme que nous avons défendu durant cette campagne est en mesure de répondre, du moins en partie, aux attentes de ceux qui ont exprimé un vote différent", a assuré l'ancien ministre de la défense en s'adressant à la fois aux électeurs centristes et du FN.

Ainsi, pour Hervé Morin, il ne s'agit pas, "pour le deuxième tour, de s'adresser aux aux dirigeants de partis ou d'engager de quelconques négociations mais de s'adresser aux Français qui ont voté MoDem ou FN".

Hervé Morin reprend les arguments de Nicolas Sarkozy

Comment envisage-t-il dès lors la manière de s'adresser à l'électorat de Marine Le Pen ? "Concernant le FN, il ne faut ni sous-réagir ni sur-réagir, ni nier ce qui s'est passé, ni courir après certaines thématiques où nous perdrions notre âme, mais prendre en compte ce que nous disent les Français", a-t-il expliqué, ciblant les causes multiples du vote FN dans "l'inquiétude des Français sur l'identité de leur pays" dans un environnement "multiculturel".

Mais pour l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy, le chef de l'Etat n'est pas à mettre en cause dans la percée de Marine Le Pen au premier tour. "J'ai participé à plusieurs meetings de Nicolas Sarkozy et à aucun moment je n'ai eu le sentiment d'être obligé de prendre mon mouchoir. J'entends aujourd'hui le même discours", a-t-il expliqué en rappelant qu'il a toujours été défavorable au droit de vote des étrangers aux élections locales.

Les centristes "programmatiquement plus proches de Sarkozy que de Hollande"

Reprenant l'argument avancé par Nicolas Sarkozy, Hervé Morin ajoute que "le FN existe, il est légal. On est dans le cadre démocratique. Si on pense le contraire, il faut l'interdire. Ce qui a du sens, c'est de ne pas mépriser les électeurs qui ont voté FN. Penser qu'il y aurait 18% de xénophobes et de racistes, qui doivent être mis au banc de notre société, c'est lourdement se tromper".

Quand aux électeurs centristes, "je leur dis qu'ils sont programmatiquement plus proches de Nicolas Sarkozy que de François Hollande", a-t-il lancé en citant notamment la question des équilibres budgétaires.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.