Cet article date de plus de trois ans.

Hénin-Beaumont : la mairie FN noie "La Voix du Nord" sous les droits de réponse

Le quotidien nordiste a dû publier 25 droits de réponse en moins d'un an, quelle que soit l'importance du sujet. La rédaction dénonce un "harcèlement juridique" sans objet. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le maire FN Steeve Briois pose à côté d'une affiche, le 30 janvier 2016 à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

Le journal La Voix du Nord est submergé par les droits de réponse du maire FN d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Steeve Briois. En moins d'un an, la direction du quotidien nordiste a dû publier pas moins de 25 textes après des articles qui n'étaient pas au goût de la mairie. "[La municipalité] se plaît à harceler juridiquement notre journal, pour chaque point-virgule qui ne lui convient pas", écrit la rédaction (article abonnés). "La mairie FN d'Hénin-Beaumont a décidé de piper la règle du jeu", ajoute le journaliste Pascal Wallart, contacté par franceinfo.

Des droits de réponse presque systématiques

Dernier exemple en date ? Un article consacré à un cambriolage avorté. Les victimes sont parvenues à arrêter les voleurs, avant de les remettre à la police municipale. "Le commissaire responsable de la sûreté départementale nous a décrit les faits", commente Pascal Wallart. Mais la mairie, elle, n'en démord pas. Malgré l'intervention d'un habitant, c'est la police qui a interpellé les malfrats et les a emmenés au commissariat. Question de point de vue.

Bruno Bilde, adjoint au maire, est chargé de rédiger les droits de réponse. Il dénonce une "mise en cause permanente de la mairie par La Voix du Nord, du sujet le plus mineur au plus important". L'élu a bien l'intention de continuer à écrire ces textes – "une simple application du droit". La loi du 21 juillet 1889 indique que le directeur de publication est tenu d'insérer "les réponses de toute personne nommée ou désignée dans le journal ou écrit périodique quotidien".

C'est extrêmement chronophage. Pour qu'il soit bien fait, il faut une bonne demi-heure pour un droit de réponse.

Bruno Bilde, adjoint au maire

à franceinfo

"Nous publions les droits de réponse avec un décryptage, parfois pour souligner leur caractère absurde, parfois pour contredire les propos, explique Pascal Wallart. La mairie adresse alors un nouveau droit de réponse, etc."

La mairie d'Hénin-Beaumont, en effet, ne laisse rien passer. La Voix du Nord en a récemment fait l'expérience, après un article consacré à un centre d'animation jeunesse. Le quotidien a refusé de prolonger la partie de ping-pong en publiant un troisième droit de réponse. La mairie a donc porté l'affaire en justice, pour être finalement déboutée par le tribunal de Béthune, le 9 mars. "Nous allons faire appel à Douai, car c'était une question de forme, précise Bruno Bilde. Selon la présidente, nous n'avions pas l'arrêté du maire qui désignait l'avocat."

Une posture "puérile et agressive", selon le journal

Au-delà de ces échanges réguliers, Pascal Wallart décrit un climat de travail pesant. "Je ne peux pas travailler normalement sur les dossiers ou contacter les élus, trier le bon grain de l'ivraie..." Le maire ne répond plus à ses questions. "On se heurte à des refus et la consigne a également été passée aux chefs de service." Plus de réunions publiques, non plus. "En février 2016, elles sont devenues des réunions privées. J'ai presque été expulsé manu militari des deux premières, à l'époque."

J'ai connu des périodes de glaciation avec certains élus de droite, du PS, du PC... On peut avoir un gros coup de gueule au téléphone, un froid pendant quinze jours, mais les choses se rétablissent, dans un comportement républicain. Là, c'est différent...

Pascal Wallart, journaliste à "La Voix du Nord"

à franceinfo

Bruno Bilde renvoie Pascal Wallart "au magazine municipal, où figure l'agenda de toutes les manifestations", et rappelle que "le directeur de service culturel municipal l'a appelé pour l'inviter à suivre le festival rock de la ville". L'adjoint au maire accuse le quotidien de "sanctionner les habitants et de ne pas assumer d'être anti-FN".

"C'est une posture puérile, estime le journaliste, et agressive contre tout ce qui ne va pas dans leur sens. Maintenant, ils passent uniquement par leurs réseaux sociaux et le bulletin de la mairie. A chacun de nos articles, c'est une rafale dans le magazine municipal." Bruno Bilde, justement, va adresser une question très politique aux habitants, dans le prochain numéro : "Pourquoi Hénin-Beaumont est traitée de la sorte par La Voix du Nord ?" Qui sait, le quotidien nordiste pourrait bien solliciter, à son tour, un droit de réponse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.