Harlem Désir confirmé à la tête du PS par les militants

Mais du bout des doigts. Seule la moitié des encartés a participé au vote pour désigner le chef de file du parti, et Emmanuel Maurel, son adversaire, réalise un meilleur score que celui prévu par les ténors.

Harlem Désir au siège du PS, rue de Solférino à Paris, le 5 octobre 2012.
Harlem Désir au siège du PS, rue de Solférino à Paris, le 5 octobre 2012. (JEROME MARS / SIPA)

POLITIQUE – Le vote était sans suspense. Candidat de la motion ultramajoritaire élaborée par Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault cet été, Harlem Désir, déjà premier secrétaire par intérim, a été élu, jeudi 18 octobre, à la tête du Parti socialiste.

En coulisses, une autre bataille se joue et fait plus de remous : celle pour les postes au sein des instances du parti, comme le raconte Le Monde. Le congrès du PS à Toulouse, du 26 au 28 octobre, doit entériner les résultats du scrutin.

Est-ce une victoire satisfaisante pour Harlem Désir ?

Après dépouillement de 95% des votes, Harlem Désir remporte 72,44% des suffrages, moins que les 75% minimum espérés par de nombreux ténors du PS dans la journée. Il faut dire que sa motion était soutenue par tous les éléphants, des amis de François Hollande à ceux de Martine Aubry en passant par les entourages de Ségolène Royal et Laurent Fabius. 

Le parti semble toutefois avoir peiné à mobiliser ses quelque 173 000 adhérents. Malgré de nombreux rappels, moins de la moitié (46%) d'entre eux ont participé au scrutin, ouvert de 17 heures à 22 heures.

L'ancienne première secrétaire du PS, Martine Aubry, a tout de même félicité son successeur : "J'avais, avec le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, soutenu sa candidature. Il revenait aux militants d'en décider. Ils l'ont fait de manière claire en lui apportant une très large majorité de leurs suffrages."

Quels étaient les rapports de force avant le vote ?

Les militants avaient à départager les premiers signataires des deux motions, ou lignes d'orientation politique, sur lesquelles les militants socialistes se sont prononcés le 11 octobre.

La motion menée par Harlem Désir, élaborée par Martine Aubry et le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, avait recueilli lors du premier tour 68,45% des voix, suivie loin derrière par celle conduite par Emmanuel Maurel, avec 13,27%. Avec 27,56% des voix recueillies jeudi, ce dernier a donc su fédérer les adhérents mécontents du premier tour.

Qui est Emmanuel Maurel ?

La motion "Maintenant à gauche" menée par Emmanuel Maurel représentait l'aile gauche du parti. Alors qu'il dénonçait un congrès "verrouillé", cet inconnu de 39 ans, vice-président du conseil régional d'Ile-de-France, a rempli sa mission d'agitateur.

'"Le score d'Emmanuel va au-delà de nos espérances'', a d'ailleurs réagi Jérôme Guedj, président du conseil général de l'Essonne et membre de cette frange du parti. Emmanuel Maurel est opposé au pacte budgétaire européen et dénonce la rigueur liée à  l'objectif d'un déficit de 3% du PIB en 2013. Il propose également que l'Etat nationalise les entreprises en difficulté.