Grève à Air France : l'extrême gauche soutient le mouvement, le PS déplore l'absence de dialogue

Grève "irresponsable" pour Thierry Mariani, le ministre des transports. Conflit justifié, pour les candidats d'extrême gauche, LO et le NPA. De son côté, le socialiste Jérôme Cahuzac ne se dit pas opposé au service minimum dans les services publics.

Grève à Air France (manifestants le 30 octobre à Orly)
Grève à Air France (manifestants le 30 octobre à Orly) (ALEXANDER KLEIN / AFP)

Grève "irresponsable" pour Thierry Mariani, le ministre des transports. Conflit justifié, pour les candidats d'extrême gauche, LO et le NPA. De son côté, le socialiste Jérôme Cahuzac ne se dit pas opposé au service minimum dans les services publics.

Thierry Mariani, le ministre des transports, a qualifié sur RMC Info l'arrêt de travail des personnels commerciaux navigants (hôtesses et stewards) de "grève irresponsable". Il a ajouté : "je trouve que cette grève est une bonne nouvelle pour les concurrents d'Air France. Le ciel est plein de compagnies aériennes qui ont disparu." Le ministre a défendu la direction, estimant que celle-ci "doit restaurer sa compétitivité".

Toujours à propos de cette grève, le socialiste Jérôme Cahuzac a regretté "que comme à la RATP ou à la SNCF - où cela fonctionne plutôt bien - il n'y ait pas de dialogue social avant pour prévenir ce type d'incident qui revient à prendre en otage certains de nos concitoyens"

Le député du Lot-et -Garonne, proche de François Hollande, a aussi précisé à propos du service minimum, qui a été imposé à la SNCF : " L'Etat a le droit de se doter des moyens qu'il juge nécessaires pour assurer la continuité du service public."

Reportage d'Olivier Sibille de France 2 du 31 octobre 2011

Voir la video

"Moins de personnel, c'est moins de sécurité"

Les deux candidats d'extrème-gauche à la présidentielle, Nathalie Arthaud, pour LO (Lutte ouvrière), et Philippe Poutou, pour le NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste), ont en revanche soutenu les personnels en lutte : "Les grévistes s'opposent à une réduction de leurs effectifs lors de certains vols (...) parce que moins de personnel, c'est moins de sécurité. Moins de personnel, ce sont aussi des cadences plus dures, dans un métier déjà éprouvant", a affirmé Mme Arthaud.

"Il y a une légitimité complète les salariés d'Air France, c'est les conditions de travail qui se dégradent, des questions de sécurité et derrière ce sont des emplois menacés", a affirmé pour sa part M. Poutou.

Six syndicats d'hôtesses et stewards - dont deux représentatifs, l'Unsa (22%) et FO-SNPNC (21%) - ont appelé à la grève pour protester contre le projet de réduction du nombre de personnels de cabine dans certains avions. Le premier syndicat des personnels de cabine, l'Unac (28%), ne s'est pas joint au mouvement.