Cet article date de plus d'un an.

Projet de loi immigration : Elisabeth Borne annonce un report à l'automne, faute de majorité

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Projet de loi immigration : Elisabeth Borne annonce un report à l'automne, faute de majorité
Projet de loi immigration : Elisabeth Borne annonce un report à l'automne, faute de majorité Projet de loi immigration : Elisabeth Borne annonce un report à l'automne, faute de majorité (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - C.Méral, L.Campisi, N.Auer, S.Fel, A.Bouville, B.Coene, B.Posso, P.Giffaud, N.Sadok
France Télévisions
Parmi les projets de loi sur lesquels Emmanuel Macron espérait voir l'Assemblée nationale avancer d'ici au 14 juillet, le texte phare était celui sur l'immigration. Mais Elisabeth Borne a annoncé, mercredi 26 avril, son report à l'automne, faute de majorité.

Jusqu'au 14 juillet, plusieurs projets de loi vont être débattus à l'Assemblée nationale, à propos de l'industrie verte ou de la justice. Le texte phare, qui était particulièrement observé, celui sur la loi immigration, a été reporté. La Première ministre Elisabeth Borne a annoncé son report à l'automne prochain. "Aujourd'hui, il n'existe pas de majorité pour voter un tel texte, comme j'ai pu le vérifier hier en m'entretenant avec le responsable des Républicains", a-t-elle expliqué, mercredi 26 avril. Ce texte était l'une des missions qu'Emmanuel Macron lui avait confiées.

Sécuriser davantage la frontière italienne

Les députés Les Républicains, qui souhaitaient une loi plus répressive, n'ont pas été convaincus par la proposition faite. "Ce résultat est la conséquence de la volonté du gouvernement de porter un énième projet qui allait régulariser les clandestins", estime Éric Ciotti, député des Alpes-Maritimes. Si la loi est repoussée, le gouvernement compte quand même agir en sécurisant davantage la frontière italienne. Dès la semaine prochaine, 150 policiers et gendarmes viendront compléter les agents déjà sur place. Dès cet été, une force aux frontières sera lancée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.