Cet article date de plus d'un an.

Politique : Elisabeth Borne qualifie le Rassemblement national de parti "héritier de Pétain"

La Première ministre a jugé "dangereuse" l'idéologie du parti d'extrême droite, dont elle estime la victoire à la présidentielle de 2027 "possible".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La Première ministre Elisabeth Borne à l'hôtel de Matignon, à Paris, le 19 mai 2023. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

La Première ministre s'en prend au RN. Dans un entretien diffusé par la radio communautaire juive Radio J, dimanche 28 mai, Elisabeth Borne a déclaré que le parti d'extrême droite était l'"héritier de Pétain", maréchal collaborateur pendant l'invasion de la France par les nazis lors de la Seconde Guerre mondiale.

"Je ne crois pas du tout à la normalisation du Rassemblement national, a déclaré la Première ministre. Je pense qu'il ne faut pas banaliser ses idées, ses idées sont toujours les mêmes. Alors maintenant, le Rassemblement national y met les formes, mais je continue à penser que c'est une idéologie dangereuse." Avant d'ajouter que, selon elle, une victoire du RN est "possible" en 2027, année de la prochaine élection présidentielle.

La France insoumise accusée de "faire le jeu de l'extrême droite"

Interrogée sur le changement de nom du parti, opéré en 2018, Elisabeth Borne estime que cela ne s'est pas accompagné d'une rupture avec les idées de la formation. "Je n'ai jamais entendu Marine Le Pen dénoncer ce qu'ont pu être les positions historiques de son parti et je pense qu'un changement de nom ne change pas les idées, les racines", a lancé la Première ministre.

Dans sa diatribe, la cheffe du gouvernement a aussi déclaré que Jean-Luc Mélenchon et La France insoumise avaient "une part de responsabilité" dans la montée de l'extrême droite, "quand on [le] voit hurler devant des policiers 'la République c'est moi', quand on l'entend effectivement vouloir casser, abattre la 'mauvaise République', tenir des propos outranciers en permanence". Elle a ensuite accusé les députés LFI de "[ne pas jouer] le jeu du débat démocratique à l'Assemblée nationale".

Réagissant dimanche à cette sortie dans l'émission "Questions politiques" sur France Inter, franceinfo canal 27 et Le Monde, Sébastien Chenu, député RN du Nord et vice-président de l'Assemblée nationale, a accusé Elisabeth Borne d'être "à la fois inculte, indigne et incapable". De son côté, LFI n'avait pas fait de commentaire dimanche midi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.