Nouveau gouvernement : les ONG pour le climat espèrent ne pas être "à nouveau déçues" par le duo à la Transition écologique et énergétique

Amélie de Monchalin a été nommée ministre de la Transition écologique et Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique.   

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Amélie de Montchalin (à gauche) et Agnès Pannier-Runacher arrivent pour la cérémonie de passation des pouvoirs à Paris, le 20 mai 2022. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

C'est un nouveau un duo de femmes à la tête de l'environnement. Cette double nomination met fin à la série des anciens ministres écologistes comme François De Rugy, Nicolas Hulot ou Barbara Pompili. Amélie de Monchalin prend la tête du ministère de la Transition écologique et Agnès Pannier-Runacher celui de la Transition énergétique.

Les ONG pour le climat montrent de l'inquiétude même si elles jugeront sur les actes. Les deux nouvelles ministres sont libérales et ne viennent pas du monde de l’environnement. Elles appartenaient à l'ancien gouvernement. Amélie de Montchalin et Agnès Pannier-Runacher étaient auparavant ministre de la Transformation et de la Fonction publique et ministre de l'Industrie dans le gouvernement de Jean Castex.

>> Les réactions politiques à l'annonce du nouveau gouvernement

Elles vont diriger une structure à deux têtes dans laquelle Yves Verilhac, directeur général de la LPO (Ligue de protection des oiseaux) espère que la biodiversité ne sera pas maltraitée. "Ce n'est pas faire insulte au précédent gouvernement que de dire que nous avons été très déçus."

Importants enjeux sur l'énergie

Dans cette nouvelle architecture, l'énergie aura une place cruciale. À la fois pour accélérer la transition et pour garantir l'approvisionnement en électricité. "Ça va être vraiment comment relancer le développement des énergies renouvelables, estime  Anne Bringaud du Réseau action climat, puisqu'on voit bien qu'on a des difficultés d'approvisionnement des énergies fossiles avec la guerre en Ukraine et qu'il faut se libérer des énergies fossiles pour le climat". "Deuxième enjeu : les économies d'énergie", pointe la coordinatrice des programmes de l'association.

En plus de l'urgence énergétique, l'enjeu pour le gouvernement est de renforcer la baisse des émmissions de gaz à effet de serre. L'action des deux ministres sera pilotée par la Première ministre Elisabeth Borne, en charge de la planification écologique. Mais Arnaud Schwartz, président de France Nature Environnement, n'exonère pas le président de la République de ses responsabilités : "Si sa volonté est sincère, il donnera l'autorité et les moyens à Elisabeth Borne de transmettre toutes les consignes nécessaires à l'ensemble des ministres car c'est dans tous les domaines thématiques qu'on a besoin de faire notre transition aujourd'hui", a-t-il dit sur franceinfo samedi 21 mai.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Gouvernement d'Elisabeth Borne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.