Législatives 2022 : "Vous trouvez que j'ai une tête de frondeur, moi ?", plaisante Édouard Philippe avec Élisabeth Borne en Normandie

Élisabeth Borne et Édouard Philippe étaient côte à côte dans le Calvados en Normandie, à une semaine des élections législatives. Objectif : offrir le cliché d'une famille politique unie.

Article rédigé par
Victoria Koussa - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le maire du Havre s'est rendu samedi sur les terres d'Elisabeth Borne, dans la 6e circonscription du Calvados, pour une "visite amicale". (VICTORIA KOUSSA / RADIO FRANCE)

C'est du moins la photo politique voulue pour ce week-end. L'ancien Premier ministre Édouard Philippe et la nouvelle Première ministre Élisabeth Borne, côte à côte dans le Calvados en Normandie. Les deux s'affichent ensemble aux côtés de commerçants pour offrir le cliché d'une famille - politique - unie.

>> Législatives : suivez l’actualité du scrutin

Après le café en terrasse, déambulation matinale pour les deux Premiers ministres, qui n'hésitent pas à sourire dans les rues de Vire, qui fait partie de la 6e circonscription du Calvados : "Voilà le fameux soleil normand. Il arrive, il faut juste attendre un peu", se moque gentiment le maire du Havre, Édouard Philippe.

Dans chaque boutique, les commerçants écarquillent les yeux à leur passage. "En une semaine, vous avez réussi à choper deux Premiers ministres !", lance encore Édouard Philippe, qui, sur cette terre normande, occupe l'espace blagues, photos, aparté avec des passants. L'ancien Premier ministre est très à l'aise. Même lorsqu'on lui propose une activité insolite : "En tout cas ça, je ne me suis pas levé en me disant que je prendrais des billets pour une course de canards, mais pourquoi pas ?"

La première ministre, Élisabeth Borne, mène la campagne dans la 6ème circonscription du Calvados, comme ici, dans une boutique de Vire. (VICTORIA KOUSSA / RADIO FRANCE)

"Ce n'est pas une alliance pour se partager des circonscriptions"

En jouant la convivialité, appuyant les éclats de rire, le leader du parti Horizons, qui cultive son image d'homme libre, et la Première ministre veulent envoyer un message d'unité une semaine avant les législatives. "C'est une alliance sur lesquels on est d'accord sur le fond. Ce n'est pas une alliance pour se partager des circonscriptions. On parle vraiment du projet", glisse Élisabeth Borne, plus en retrait, écartant ainsi toute division.

Mais qu'en sera-t-il au fil des mois, dans la perspective de 2027 ? L'ancien chef du gouvernement deviendra-t-il alors un frondeur et pourrai-t-il fragiliser l'équilibre au sein du mouvement de l'actuelle majorité ? Édouard Philippe veut rassurer : "Vous trouvez que j'ai une tête de frondeur, moi ?, plaisante-il. Je suis un partenaire loyal et un soutien loyal. C'est vraiment une visite amicale et une visite politique aussi, ce n'est pas complètement incompatible. Nous souhaitons tous les deux, et avec l'ensemble de la majorité, donner au président de la République une majorité stable et solide."

Très à l'aise dans les rues de Vire, Edouard Philippe a salué les habitants et les commerçants, toujours avec un bon mot. (VICTORIA KOUSSA / RADIO FRANCE)

Solide pour défendre la ligne du président, comme le fait Élisabeth Borne. Après l'annonce dans la presse par Emmanuel Macron d'un Conseil national de la refondation. "C'est le moment de partager avec tous les Français, avec les forces vives, les défis qui sont devant nous et de se projeter aussi sur les objectifs qu'on veut pour le pays, comme le plein emploi, la neutralité carbone et plus d'égalité des chances. Mais tout ça doit être discuté avec tous les acteurs", plaide-t-elle.

Un appel à la mobilisation générale qui arrive un peu tard, d'où l'utilité de s'afficher aux côtés de l'ancien Premier ministre, désormais personnalité politique préférée des Français.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Gouvernement d'Elisabeth Borne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.