Meurtre de Lola : interpellée par Marine Le Pen, Elisabeth Borne appelle à "un peu de décence"

La présidente du Rassemblement national à l'Assemblée nationale a mentionné le meurtre de la collégienne de 12 ans, tuée à Paris vendredi.

La Première ministre, Elisabeth Borne, le 18 octobre 2022 à l\'Assemblée nationale à Paris.
La Première ministre, Elisabeth Borne, le 18 octobre 2022 à l'Assemblée nationale à Paris. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)
Ce qu'il faut savoir

>> Ce direct est désormais terminé. 

Les esprits se sont échauffés à l'Assemblée nationale. Interpellée par Marine Le Pen sur l'affaire Lola, la collégienne de 12 ans tuée à Paris vendredi, Elisabeth Borne a appelé la députée du Rassemblement national a avoir "un peu de décence", mardi 18 octobre, lors des questions au gouvernement. La Première ministre a demandé à Marine Le Pen de "respecter la douleur de la famille" et "la mémoire de Lola". "Laissons la police et la justice faire leur travail", a-t-elle ajouté. Une réponse à la députée RN, qui a pointé du doigt la politique migratoire du gouvernement. "Trop de crimes et de délits sont commis par des immigrés clandestins qu'on n'a pas voulu ou pas su renvoyer chez eux", a-t-elle dénoncé. 

 Une amélioration dans les stations-service. La Première ministre a annoncé que "moins de 25% des stations-service" éprouvaient des difficultés d'approvisionnement mardi 18 octobre à midi, contre environ 30% dimanche et 28,1% lundi. "En Ile-de-France, les produits pétroliers arrivent de nouveau", a-t-elle précisé. 

L'article 49.3 "probablement" dégainé mercredi. Interrogé mardi matin dans les "4 Vérités" sur France 2, le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, a déclaré que le recours à cet article de la Constitution sera "probablement pour demain", mercredi, dernier jour d'examen de la partie dépenses du projet de budget pour 2023 par l'Assemblée. "On verra comment les débats évoluent" mardi, a-t-il ajouté.

Les amendements de la Nupes sur le rétablissement de l'ISF rejetés. Les députés ont repris l'examen du projet de loi de finances lundi, avec pas moins de 20 rappels au règlement dans les premières heures. Des milliers d'amendements doivent encore être examinés, mais ceux déposés par la Nupes pour rétablir un impôt sur la fortune avec une composante écologique ont d'ores et déjà été rejetés. Celui du RN sur la création d'un "impôt sur la fortune spéculative" a également été rejeté. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #POLITIQUE

22h34 : Comme chaque soir vers 22h30, voici trois contenus publiés sur franceinfo.fr aujourd'hui à ne pas rater :

En cette journée de mobilisation interprofessionnelle, Paolo Philippe vous explique la notion de "grève préventive".

Après la mort de Lola, les habitants du 19e arrondissement de Paris sont partagés entre tristesse et sidération. Juliette Campion est allée à leur rencontre.

Thibaud Le Meneec, avec Hugo Capelli, dresse le portrait de Sandrine Rousseau, l'écoféministe qui n'a pas fini de cliver contre vents et marées.

20h15 : Voici un nouveau point sur l'essentiel de l'actualité de la soirée :

• La journée de grève interprofessionnelle "pour les salaires et la défense du droit de grève" a mobilisé 107 000 participants, dont 13 000 dans la capitale, selon le décompte du ministère de l'Intérieur. De son côté, la CGT compte près de 300 000 participants, dont 70 000 à Paris. Suivez notre direct.

• Face à une contre-offensive de Kiev, l'armée russe s'apprête à évacuer la population de la ville de Kherson, capitale de la région qui porte le même nom et a été annexée par la Russie dans le sud ukrainien.

La Première ministre note une "amélioration sensible" dans la crise du carburant. "Moins de 25% des stations-service" rencontraient des difficultés d'approvisionnement à la mi-journée, selon Elisabeth Borne, contre 28,1% hier.




Emmanuel Macron a reçu ce matin les parents de Lola. A l'Assemblée, le gouvernement a été interpellé par plusieurs députés LR et RN sur le meurtre de l'adolescente de 12 ans. "Se servir du cercueil d'une gamine de 12 ans comme on se sert d'un marche-pied, c'est une honte", a fustigé le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti.

18h10 : A 18 heures, voici un nouveau point sur l'actualité de la journée :

Des manifestations se sont tenues dans plusieurs villes de France pour réclamer une hausse des salaires et s'opposer aux réquisitions de grévistes. A Paris, quelques tensions ont été constatées. Suivez notre direct.


La SNCF prévoit un "retour progressif à la normale" du trafic demain. Des perturbations seront toutefois encore possibles localement, notamment sur certaines lignes Transilien en Ile-de-France.

La Première ministre note une "amélioration sensible" dans la crise du carburant. "Moins de 25% des stations-service" rencontraient des difficultés d'approvisionnement à la mi-journée, selon Elisabeth Borne, contre 28,1% hier.


Emmanuel Macron a reçu ce matin les parents de Lola. A l'Assemblée, le gouvernement a été interpellé par plusieurs députés LR et RN sur le meurtre de l'adolescente de 12 ans. "Se servir du cercueil d'une gamine de 12 ans comme on se sert d'un marche-pied, c'est une honte", a fustigé le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti.

17h50 : Grève, vie chère, pénurie de carburant... Emmanuel Macron doit-il craindre un embrasement social ? C'est le thème du "Talk" de franceinfo à 18 heures sur Twitch. Seront présents en studio pour en débattre : Sylvain Boulouque, historien et enseignant, spécialiste des mouvements sociaux et Daïc Audouit, journaliste politique à France Télévisions.

16h54 : "Les fragilités des élèves de lycées professionnels sont encore trop fortes", répond @CGrandjean_, qui estime nécessaire de "s'adapter aux évolutions".

#DirectAN #QAG https://t.co/sUu2npGf4W

16h53 : Le gouvernement est interpellé à l'Assemblée sur la réforme qu'il souhaite mener dans les lycées professionnels. Celle-ci est l'une des raisons de la grève dans l'Education nationale. "Les fragilités des élèves de lycées professionnels sont encore trop fortes", répond Carole Grandjean, ministre déléguée chargée de l'Enseignement, pour justifier cette réforme.

15h59 : Le Sénat a adopté en première lecture le projet de loi d'orientation et de programmation du ministère de l'Intérieur (Lopmi). Ce texte prévoit sur cinq ans un effort financier de 15 milliards d'euros. Le texte a été voté par 307 voix pour et 27 voix contre. Il doit désormais être examiné par l'Assemblée nationale.

15h55 : Après l'interpellation de Marine Le Pen, Elisabeth Borne appelle au calme et à "respecter la douleur de la famille". "Laissons la police et la justice faire [leur] travail", ajoute-t-elle.

15h55 : Meurtre de Lola : "Se servir du cercueil d'une gamine de douze ans comme on se sert d'un marchepied, c'est une honte monsieur le député !", répond @E_DupondM, qui avait été interpellé par @EricPAUGET1.#DirectAN #QAG https://t.co/bAyOjTgas0

15h55 : C'est au tour de Marine Le Pen d'interpeller le gouvernement sur le meurtre de Lola. "La suspecte de cet acte barbare n'aurait pas dû se trouver sur notre territoire", assure la cheffe de file du Rassemblement national. Il y a quelques minutes, le garde des Sceaux a rappelé qu'une obligation de quitter le territoire (OQTF) avait été délivrée le 22 août, mais "sans obligation de quitter immédiatement le territoire".

15h55 : A l'Assemblée, le ministre de la Justice répond à une question d'un député Les Républicains qui a évoqué la politique migratoire du gouvernement comme responsable de la mort de Lola. "Faire de la petite politique (...), se servir du cercueil d'une gamine de 12 ans comme on se sert d'un marche-pied, c'est une honte", lance Eric Dupond-Moretti.

15h21 : "Il n'est pas acceptable qu'une minorité continue à bloquer le pays, il est temps que le travaille reprenne", déclare @Elisabeth_Borne. >> "Grâce à l'ensemble des mesures que nous avons prises, nous connaissons aujourd'hui une amélioration sensible de la situation". #QAG https://t.co/vmISUykLNB

15h17 : « Il est temps que le travail reprenne », dit Elisabeth Borne. -25% des stations en rupture ce midi, annonce la cheffe du gouvernement

15h16 : A titre de comparaison, hier, 28,1% des stations-service connaissaient des difficultés d'approvisoinnement, sur au moins un carburant.

15h14 : La Première ministre annonce une "amélioration sensible" dans les stations-service, avec "moins de 25%" des stations en "rupture" à la mi-journée.

15h11 : C’est Bruno Le Maire qui répond. « Nous avons un débat de qualité depuis l’examen du texte », dit-il. Il remercie d’ailleurs @ericcoquerel pour y avoir participé. « Ces débats nous allons les poursuivre », promet le ministre de l’Economie.

15h10 : @ericcoquerel attaque sur le budget et le recours au 49.3. Il parle d’un « gouvernement minoritaire » et d’un « budget anti social ». « La ou cela doit se discuter c’est à l’Assemblee nationale ». « Je vous demande de ne pas recourir à cet article autoritaire de la Constitution »

15h10 : Les questions au gouvernement débute dans une ambiance tendue, avec une question du député LFI Eric Coquerel sur le budget et recours au 49.3.

15h04 : Un peu plus tôt, la sénatrice socialiste Laurence Rossignol avait appelé le gouvernement à présenter lui-même un texte sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution. Une proposition de loi transpartisane doit être débattue demain au Sénat, mais elle a peu de chance d'aboutir. "C'est bien de soutenir notre proposition de loi (...) mais le gouvernement, comme nous, nous savons que la procédure d'initiative parlementaire n'ira pas au bout", a déclaré l'élue.

15h00 : L'inscription de l'interruption volontaire de grossesse (IVG) dans la Constitution sera étudiée par la commission des Lois le 9 novembre, a annoncé la patronne des députés LREM, Aurore Bergé, lors d'une conférence de presse du groupe Renaissance.

14h51 : Selon un cadre de la majorité, ce sont entre « 80 et 100 » amendements qui seront retenus pour le budget, représentant un coût de « 700 à 800 millions d’euros supplémentaires ». #directAN

14h50 : Environ 2 000 amendements sur les plus de 3 000 déposés sur le texte du budget restent à être examinés. Une partie, "entre 80 et 100", pourraient être retenus, informe un cadre de la majorité à notre journaliste Margaux Duguet.

14h47 : Les députés sont attendus dans l'hémicycle d'ici un quart d'heure. L'ambiance s'annonce tendue entre les questions au gouvernement, puis la suite de l'examen du budget, sur fond de menace de recours au 49.3. Vous pourrez suivre les débats dans notre direct.

14h46 : Les communistes ne voteront pas de motion de censure contre le gouvernement si elle est déposée par le Rassemblement national. "Nous n'avons pas du tout les mêmes orientations politiques", a déclaré le secrétaire national du parti, Fabien Roussel, ce matin au micro de BFMTV. "Le Rassemblement national n'a pas voulu voter le rétablissement de l'impôt sur la fortune" et "la hausse du smic", a mis en avant le député du Nord.