Accusations visant Agnès Firmin-Le Bodo : la nouvelle ministre de la Santé dans la tourmente

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Accusations visant Agnès Firmin Le Bodo : la nouvelle ministre de la Santé dans la tourmente
Accusations visant Agnès Firmin Le Bodo : la nouvelle ministre de la Santé dans la tourmente Accusations visant Agnès Firmin Le Bodo : la nouvelle ministre de la Santé dans la tourmente (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
franceinfo
La nouvelle ministre de la Santé Agnès Firmin-Le Bodo est visée par une enquête. Elle est soupçonnée d'avoir reçu de la part des laboratoires Urgo des cadeaux non déclarés. Selon Mediapart, plus de 20 000 euros de cadeaux auraient été donnés à sa pharmacie au Havre (Seine-Maritime).

La nouvelle ministre de la Santé Agnès Firmin-Le Bodo a-t-elle indûment reçu des cadeaux d'une grande firme pharmaceutique, alors qu'elle était pharmacienne ? C'est ce qu'affirme Mediapart. Selon le site, plus de 20 000 euros d'avantages en nature auraient été donnés à son officine au Havre (Seine-Maritime) pendant cinq ans, entre 2015 et 2020, par les laboratoires Urgo. Des informations que la ministre a refusé de commenter, dans la matinée du vendredi 22 décembre, indiquant simplement sur France Bleu Normandie : "Dans le cadre de ma fonction de pharmacien, effectivement, une enquête est en cours."

La ministre entendue en janvier prochain

Depuis plus de deux ans, Urgo fait l'objet d'enquêtes judiciaires et de la répression des fraudes. La firme a été condamnée pour avoir démarché des milliers de pharmaciens en France pour mettre en avant ses produits en rayon. En échange, elle proposait tout un catalogue de cadeaux. Urgo a plaidé coupable et a déjà payé plus d'un million d'euros d'amendes. La loi est très stricte en la matière. Les montants autorisés des cadeaux se limitent à quelques dizaines d'euros par an, et doivent être déclarés. La ministre doit être entendue en janvier prochain dans le cadre de l'enquête.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.