Smic : "Pas de coup de pouce supplémentaire" mais une "revalorisation légale" au 1er janvier, annonce Edouard Philippe

"Notre politique, c'est pas de faire des coups de pouce au smic, c'est de faire en sorte que le travail paye", a déclaré le Premier ministre, mercredi matin sur BFMTV. 

Le Premier ministre, Edouard Philippe, lors du 101e Congrès des maires de France, à Paris, le 22 novembre 2018. 
Le Premier ministre, Edouard Philippe, lors du 101e Congrès des maires de France, à Paris, le 22 novembre 2018.  (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a affirmé qu'il n'y "aurait pas de coup de pouce supplémentaire" pour le salaire minimum au 1er janvier, mais seulement une "revalorisation légale", mercredi 28 novembre sur BFMTV. 

"Notre politique, c'est pas de faire des coups de pouce au smic, notre politique c'est de faire en sorte que le travail paye (...) Il y aura une revalorisation, la revalorisation légale (...) Il n'y aura pas de coup de pouce supplémentaire", a déclaré le chef du gouvernement, rappelant que les salaires nets ont augmenté en octobre avec la baisse des cotisations salariales. 

L'Etat n'a plus accordé de coup de pouce au smic depuis juillet 2012, au lendemain de l'élection de François Hollande. 

Selon le mécanisme de revalorisation automatique, le smic a été revalorisé à hauteur de 1,2% au 1er janvier 2018. Il est passé de 9,76 euros à 9,88 euros brut/heure, soit 1 498,50 euros brut mensuels pour un temps plein. D'après une étude du service statistiques du ministère du Travail, publiée la semaine dernière, cette revalorisation a bénéficié à près de deux millions de salariés du secteur privé, ce qui représente 11,5% des salariés au total.