Cet article date de plus de trois ans.

Réformes du gouvernement : le point de Benjamin Griveaux

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 6 min.
Réformes du gouvernement : le point de Benjamin Griveaux
france 3
Article rédigé par
France Télévisions

Le secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre et porte-parole du gouvernement est l'invité du France 3. Il revient sur les grandes réformes à venir.

A l'occasion de la rentrée du gouvernement, mercredi 22 août, Benjamin Griveaux est l'invité de France 3. Sur la réforme de l'assurance-chômage, le secrétaire d'État auprès du Premier ministre et porte-parole du gouvernement précise qu'il y aura des discussions avec les partenaires sociaux "qui vont durer quatre mois". L'objectif ? "Permettre aux gens de trouver un emploi plus rapidement, explique-t-il. Aujourd'hui, on a un système qui ne permet pas et n'incite pas à retrouver un emploi rapidement." Sans préciser s'il y aura une baisse des indemnités, il répète que "le travail est au coeur du projet" que son parti "porte".

Des suppressions de postes de fonctionnaires à venir ?

Alors que la croissance sera moins forte qu'attendue, Benjamin Griveaux souligne que "des budgets vont augmenter et d'autres seront revus à la baisse". Parmi les budgets qui vont augmenter, il mentionne l'éducation et l'enseignement et parmi ceux qui vont diminuer, il mentionne le logement. Le porte-parole du gouvernement ajoute que le Premier ministre réserve des annonces dans les prochains jours sur les suppressions de postes de fonctionnaires.

Benjamin Griveaux annonce aussi que la ministre de la Solidarité et de la Santé, Agnès Buzyn, présentera à la mi-septembre les points de la réforme pauvreté. "On veut pousser l'accompagnement et l'obligation de formation jusqu'à 18 ans et pouvoir accompagner les jeunes jusqu'à 25 ans", détaille-il. Benjamin Griveaux a aussi parlé de l'otage française au Mali, Sophie Pétronin, et de la polémique qui touche la ministre de la Culture, Françoise Nyssen. "Personne n'est au-dessus des lois", a-t-il assuré.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.