Privatisation partielle d’Engie : quelles conséquences pour les consommateurs ?

C’est le début de la vague de privatisation voulue par Emmanuel Macron. L’État cède 4,5 % du capital du groupe Engie et empoche au passage 1,53 milliard d’euros. Pourquoi cette vente ? Qu’est-ce que cela peut changer pour les consommateurs ?

FRANCE 2

L’État vend une partie de ses bijoux de famille et se sépare de parts qu’il détient dans le groupe gazier Engie. 4,5 %, pour un gain de 1,53 milliard d’euros. Mais pourquoi l’État vend ? Le gouvernement rassemble de l’argent pour investir dans un fonds destiné à financer l’innovation de 10 milliards d’euros. Dans un communiqué, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire se félicite : "Cette session de titres s’est déroulée dans de très bonnes conditions pour les intérêts patrimoniaux de l’État".

Les prix devraient rester stables

Avec ce désengagement partiel, Engie aura davantage d’actionnaires privés. Y aura-t-il des conséquences pour les consommateurs ? A priori, non. Engie assure que les prix du gaz resteront stables. L’État reste le premier actionnaire du groupe et conserve le même pouvoir au conseil d’administration. Les plus concernés dans les prochaines heures sont les actionnaires, car le cours de bourse pourrait baisser. La cession partielle d’Engie n’est qu’un début. D’autres ventes sont à prévoir. L’État possède des parts dans 81 grandes entreprises.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le fournisseur français d\'électricité et de gaz a réduit en 2016 sa perte nette à 400 millions d\'euros. 
Le fournisseur français d'électricité et de gaz a réduit en 2016 sa perte nette à 400 millions d'euros.  (MAXPPP)