Précarité : un "chèque eau" dans les tuyaux

Édouard Philippe a demandé le 29 août aux communes de généraliser le système du "chèque-eau", distribué aux plus précaires pour les aider à payer leurs factures. Rennes (Ille-et-Vilaine) expérimente déjà le dispositif. 

Voir la vidéo
FRANCE 2

Ouvrir le robinet ou prendre sa douche : des gestes du quotidien anodins, mais qui deviendraient trop coûteux pour certains. À Rennes (Ille-et-Vilaine) depuis quelques mois, les foyers les plus précaires bénéficient d'un "chèque eau". Objectif : éviter les impayés et garantir l'accès à l'eau potable. "C'est un chèque d'un montant de 30 €. Il s'agit d'une aide annuelle destinée à aider les bénéficiaires des minima sociaux sur le territoire à payer leurs charges d'eau et d'assainissement", précise Véronique Meury, responsable de la distribution de l'eau à la métropole de Rennes.

Une tarification progressive de l'eau

Cette aide est ouverte aux 20 000 bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire sur la métropole. Le coût total pourrait donc atteindre 600 000 euros. Si la métropole de Rennes peut se permettre cette dépense, c'est parce qu'elle a imposé une tarification progressive de l'eau en fonction de la consommation. La mesure, encore au stade expérimentale, durera jusqu'en 2021. Des aides au paiement de l'eau existent aujourd'hui dans 18 villes en France.

Le JT
Les autres sujets du JT
La Saur a été condamnée, le 15 janvier 2018, par le tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine). (Photo dillustration).
La Saur a été condamnée, le 15 janvier 2018, par le tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine). (Photo dillustration). (MAXPPP)