Nouvelle-Calédonie : le référendum d'indépendance de 2018 "aura lieu", assure Edouard Philippe

A l'issue de quatre jours de visite dans cet archipel français d'Océanie, le Premier ministre est revenu sur l'organisation du référendum d'indépendance devant les responsables politiques locaux.

Edouard Philippe à Koné (Nouvelle-Calédonie), le 4 décembre 2017.
Edouard Philippe à Koné (Nouvelle-Calédonie), le 4 décembre 2017. (FRED PAYET / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Après quatre jours sur place, la visite d'Edouard Philippe en Nouvelle-Calédonie touche à sa fin. Le Premier ministre a présenté devant le Congrès de Nouméa, mardi 5 décembre, sa "méthode" basée sur "le dialogue" pour préparer le référendum sur l'indépendance prévu en 2018.

Edouard Philippe s'est tout d'abord voulu rassurant : "la consultation aura lieu", a-t-il affirmé. "L'Etat prendra toute sa responsabilité dans son organisation", a-t-il ensuite poursuivi devant les 54 membres du Congrès de la collectivité, disant vouloir un résultat "considéré comme légitime et sincère". 

L'année 2018 constitue une richesse, une opportunité, et un moment tellement sensible qu'il présente évidemment des risques. Je mesure ces risques (...) mais j'ai confiance.

Edouard Philippe

à Nouméa

Côté méthode, le Premier ministre a donné quelques éléments sur l'organisation du référendum. Edouard Philippe a souhaité "un dialogue resserré autour d'un groupe de travail resserré d'une dizaine de représentants des forces politiques nommément désignés", sans pour autant donner de noms. Il a aussi annoncé la mise en place d'une "commission des sages" qui veillera "à ce que les propos de la campagne référendaire ne viennent pas blesser la société calédonienne en violentant ses valeurs".