Notre-Dame-des-Landes : un abandon à quel prix ?

L'abandon de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) ce 17 janvier aura forcément un coût pour l'État. Est-ce qu'en réduisant ses ambitions le gouvernement fait des économies ?

France 2

L'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ce 17 janvier aura forcément un coût pour les finances publiques. Jean-Paul Chapel, journaliste de France 2, a fait le calcul, en tenant compte des futures économies et des futures dépenses. "Le rapport des médiateurs avait comparé le coût des deux scénarios. Construire un nouvel aéroport aurait coûté beaucoup plus cher que l'extension de l'actuel, 940 contre 595 millions d'euros. Donc en théorie renoncer à Notre-Dame-des-Landes revient à faire une économie estimée entre 345 et 475 millions d'euros", analyse le journaliste.

Indemniser Vinci et les collectivités locales

Il va falloir indemniser le groupe Vinci qui avait remporté l'appel d'offres. C'est la grande inconnue, l'indemnisation de Vinci pourrait coûter à l'État jusqu'à 350 millions d'euros. En réalité, "il va y avoir une négociation et Vinci, qui exploite l'actuel aéroport, pourrait se montrer conciliant", explique Jean-Paul Chapel. Mais il reste encore à indemniser les collectivités locales, qui ont investi 38 millions d'euros autour du projet. "Avec les travaux annoncés par le Premier ministre sur l'aéroport de Rennes, la facture finale pourrait encore réserver des surprises", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un panneau dans la \"ZAD\" (\"zone à défendre\" ou \"zone d\'aménagement différé\") de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) exprime l\'opposition au projet d\'aéroport, le 16 janvier 2018.
Un panneau dans la "ZAD" ("zone à défendre" ou "zone d'aménagement différé") de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) exprime l'opposition au projet d'aéroport, le 16 janvier 2018. (LOIC VENANCE / AFP)