Nicolas Hulot : un an de réflexion

Samedi 28 octobre, dans une interview au journal Le Monde, Nicolas Hulot a affirmé se donner "un an" pour être utile au gouvernement.

France 2

Nicolas Hulot marche sur un fil. Mais pour l'instant, il garde l'équilibre. On savait qu'il doutait de sa place au gouvernement. Ses amis verts confirmaient, il y a quelques semaines, qu'il en avait "ras la casquette". "Il est entré dans un rapport de force sur la démission", ajoutaient-ils. Au début du mois, privilège rare, Emmanuel Macron l'a invité à dîner pour le rassurer.

"Il faut que je monte au front"

Ce samedi 28 octobre, dans le journal Le Monde, il livre un peu de sa méthode. "Édouard Philippe, Emmanuel Macron et moi, nous venions de planètes différentes ! Par moment, il faut que je monte au front, que je revienne à la charge, que je fasse preuve de mauvaise humeur", confie-t-il. Mais cette méthode à ses limites. Il a pu s'affranchir un peu de la solidarité gouvernementale sur le traité de libre-échange CETA, par exemple.

Le JT
Les autres sujets du JT
Nicolas Hulot, le 18 mai 2017 au palais de l\'Elysée. 
Nicolas Hulot, le 18 mai 2017 au palais de l'Elysée.  (IRINA KALASHNIKOVA / AFP)