Mayotte : les mesures du gouvernement déçoivent

A Mayotte ce lundi 12 mars, la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, a été fraîchement accueillie. Ses annonces sur le renforcement des moyens pour la sécurité sont jugées insuffisantes par les collectifs et les syndicats.

Voir la vidéo
France 3

Un comité d'accueil plutôt déterminé. Ces manifestants veulent approcher la ministre des Outre-mer, qui vient d'arriver à Mayotte. Assise par terre pour dialoguer, Annick Girardin écoute les doléances de ces habitants excédés par la situation dans l'île. Les premiers échanges sont tendus. Pour répondre à leurs inquiétudes, l'immigration clandestine venue des autres îles des Comores et l'insécurité au quotidien, la ministre a confirmé l'envoi de renfort : des gendarmes, des policiers et un navire-patrouilleur militaire.

Statu quo

Une première réponse au mouvement social qui paralyse depuis trois semaines, les entreprises, les commerces, mais aussi les écoles de Mayotte. Des mesures qui n'ont pas du tout convaincu les interlocuteurs de la ministre, très en colère à la sortie de la réunion. Conséquence : les barrages routiers ne sont pas levés, et les manifestants sont toujours aussi déterminés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Annick Girardin, la ministre des Outre-Mer, à Mayotte le 12 mars.
Annick Girardin, la ministre des Outre-Mer, à Mayotte le 12 mars. (ORNELLA LAMBERTI / AFP)