"On préfère quelqu'un de concentré à 90 km/h plutôt que distrait à 80" : une association d'automobilistes contre de nouvelles limitations de vitesse

Le gouvernement doit annoncer mardi le passage de la limitation de 90 à 80 km/h sur certaines routes. Une mesure qui "n'envoie pas le bon signal", selon l’Automobile Club Association.

Un panneau de limitation de vitesse à 80 km/h installé sur la nationale 57 à Hyet, en Haute-Saône, le 1er juillet 2015.
Un panneau de limitation de vitesse à 80 km/h installé sur la nationale 57 à Hyet, en Haute-Saône, le 1er juillet 2015. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Passer de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires à double sens n'est "pas la mesure la plus efficace" pour faire baisser la mortalité sur les routes, estime mardi 9 janvier sur franceinfo Yves Carra, le porte-parole de l’Automobile Club Association. Le gouvernement doit officialiser cette mesure mardi.

"Vouloir faire ralentir la France sur la route alors qu'on veut l'accélérer dans les autres domaines, ce n'est pas un bon signal envoyé, avance Yves Carra. On préfère quelqu'un de concentré à 90 km/h plutôt que distrait à 80, parce que se sentant plus en sécurité, baissant la tête sur le téléphone ou s'autorisant quelques verres de trop", ajoute-t-il. Par ailleurs, Yves Carra craint que cette mesure entrave un peu plus la mobilité du quotidien. "Cela va enclaver encore plus les villes éloignées les unes des autres."

Mettre l'accent sur la formation

La solution ne se trouve donc pas dans la limitation et la répression, selon le porte-parole de l'association d'automobilistes. "Ce qui fonctionne pour la sécurité routière, c'est la formation. Il faudrait une formation post permis", préconise Yves Carra qui envisage un financement de ces formations par les assurances. "Ce ne serait pas un coût, mais un investissement".

Selon un sondage Harris Interactive pour RMC et Atlantico, mardi, 59% des personnes interrogées sont opposées au passage de 90 à 80 km/h de la limitation de vitesse sur les routes secondaires à double sens.