Formation : le coup de pouce du gouvernement à l'apprentissage

Le gouvernement a ce vendredi 9 février dévoilé les aides et le nouveau financement visant l'apprentissage, source de frictions entre le MEDEF et les régions, qui ont déjà émis des doutes sur le pilotage économique de ce projet. Que retenir de cette réforme ?

Voir la vidéo
France 2

Des élèves apprentis pâtissiers, bouchers ou encore menuisiers. C'est l'objectif du gouvernement : attirer davantage de jeunes vers l'apprentissage. Et pour relancer la filière, l'État sort le carnet de chèques. Tous les apprentis de 16 à 20 ans toucheront 30 euros supplémentaires par mois. Un jeune de 18 ans qui prépare son bac professionnel, par exemple, touchera 715 euros au lieu de 685 actuellement.

Seulement 412 000 apprentis en France

Autre grande mesure : les apprentis de moins de 18 ans toucheront une aide forfaitaire de 500 euros pour financer leur permis de conduire. Une manière pour l'État de rendre l'apprentissage plus attractif, alors que la France reste à la traîne avec seulement 412 000 apprentis. Plus question non plus pour les jeunes de perdre une année s'ils se sont trompés : désormais, ils pourront changer de voie à tout moment. Et pour ouvrir l'apprentissage au plus grand nombre, la limite d'âge de formation ne sera plus de 26 ans, mais de 30 ans. Pour la CGT, cette décision ne va pas dans le bon sens. Le gouvernement devrait présenter cette loi sur la réforme de l'apprentissage à partir de mi-avril.

En France, l\'Etat prend en charge 63% de la dépense d\'éducation.
En France, l'Etat prend en charge 63% de la dépense d'éducation. ( MAXPPP)