Essonne : aux Molières, le grand débat national n'a pas fait l'unanimité

Le grand débat a eu lieu dans les communes rurales avec au minimum les cahiers de doléances. La démocratie participative a attiré un public plus âgé que la moyenne. Aux Molières (Essonne), le maire a joué le jeu du début à la fin.

France 3

Dans la commune de 2 000 habitants des Molières, au cœur de l'Essonne, le grand débat a été très suivi et les habitants y ont beaucoup contribué. Lundi 8 avril, le maire DVG Yvan Lubraneski a invité ceux qui y ont participé à écouter la restitution d'Édouard Philippe. Des thèmes n'ont pas été abordés, ont estimé certains des citoyens, comme la CSG. Édouard Philippe a bien évoqué la fiscalité dans son discours, mais pour le maire, il y a une grande différence entre ce qui lui a été remonté dans les cahiers de doléances et la synthèse du Premier ministre.

"Mascarade"

"Cette notion de faire porter la fiscalité sur tous et notamment sur ceux qui y échappent, on ne l'a pas trop entendu", dénonce le maire de la bourgade. Les habitants qui ont moins participé au grand débat sont divisés quant à la démarche du gouvernement. Certains assurent qu'ils ne sont pas écoutés, d'autres évoquent une "mascarade", mais tous s'accordent sur une chose : il faut maintenant des mesures concrètes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Dans plusieurs mairies, des cahiers de doléances ont été mis à disposition des habitants, dans le cadre du grand débat national.
Dans plusieurs mairies, des cahiers de doléances ont été mis à disposition des habitants, dans le cadre du grand débat national. (VALERY HACHE / AFP)