Démission de Nicolas Hulot : 65% des Français pensent que c'est une mauvaise nouvelle pour le gouvernement

Une grande majorité des sondés estime aussi que cette démission est une très bonne chose pour Nicolas Hulot, selon l'enquête Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo.

65% des Français pensent que la démission de Nicolas Hulot est une mauvaise nouvelle pour le gouvernement, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting réalisé mardi 28 août pour franceinfo.
65% des Français pensent que la démission de Nicolas Hulot est une mauvaise nouvelle pour le gouvernement, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting réalisé mardi 28 août pour franceinfo. (BERTRAND GUAY / AFP)

Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting réalisé mardi 28 août pour franceinfo et Le Figaro, la démission de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, est une mauvaise nouvelle pour le gouvernement (65% des sondés le pensent). 55% des Français regrettent cette décision, mais une grande majorité (84%) estime qu'elle est une très bonne chose pour lui.

Une hausse de popularité, notamment chez les électeurs de gauche

Selon le sondage, la démission de Nicolas Hulot propulse sa popularité personnelle et professionnelle : 6 Français sur 10 (62%) disent avoir une bonne opinion de l'homme et autant (58%) jugent qu'il a été un bon ministre. C'est donc un renversement de situation pour l'ancien ministre d'État qui - depuis son arrivée au gouvernement - s'effondrait dans l'opinion publique : -11 points de bonnes opinions après six mois en tant que ministre. Même constat après un an passé au gouvernement : Nicolas Hulot reculait de plus de 20 points, passant de 57% en mai 2017, à 36% en juin 2018.

>> Démission de Nicolas Hulot : suivez les réactions dans notre direct

La démission surprise du ministre s'accompagne donc d'un nouveau regain de popularité. Cette décision donne de lui une image d'homme "courageux" (63% des Français lui réattribuent cette qualité), "sympathique" (72%) et qui "a des convictions profondes" (76%).

Plus précisément, Nicolas Hulot regagne du terrain chez les Français de gauche. Après sa démission, il culmine même à 66% de bonnes opinions auprès des sympathisants de l'ensemble de la gauche (dont 57% auprès des sympathisants Insoumis). C'est auprès de ces mêmes sympathisants de gauche que l'ancien ministre avait le plus perdu de points (-26 points en un an). Concernant les autres sensibilités politiques, Nicolas Hulot parvient à recueillir des niveaux de popularité très élevés dans toutes les catégories de la population : 74% auprès des sympathisants La République en marche, 48% auprès de Les Républicains, et 49% auprès des sympathisants du Rassemblement national de Marine Le Pen.

"Courageux" et "libre"

Cette démission vient même annuler le reproche d'"inefficacité" qui lui était adressé. Désormais les Français ne l'en jugent plus directement responsable : ils sont 9 sur 10 (88%) à donner raison à Nicolas Hulot de penser que l'écologie n'est pas la priorité du gouvernement. À noter que seuls 34% des sondés en font une priorité. Grâce à cette démission surprise, Nicolas Hulot retrouve donc quasiment les niveaux de popularité qui étaient les siens avant son entrée au gouvernement.

Enfin, sur internet et les réseaux sociaux, parmi les 178 000 messages postés et partagés entre 8 heures et 16 heures ce mardi, les mots : "Bravo", "Enfin", "Courageux", "Libre", sont les plus utilisés à son sujet. Les internautes estiment désormais concernant le bilan du ministre "qu'il a essayé" et qu'avec sa décision, "il va créer un électrochoc" et redonner toute sa chance à la cause environnementale.

L'enquête a été réalisée par internet ce mardi 28 août auprès d'un échantillon de 985 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.