Remaniement : les dessous d'une composition du nouveau gouvernement qui tarde

L'Élysée a annoncé mercredi 10 octobre qu'il faudrait finalement attendre vendredi 12 octobre et le retour du président Macron d'Arménie pour connaître la composition du gouvernement. Plusieurs ministères seraient concernés. 

Voir la vidéo
FRANCE 2

À en croire le Premier ministre mercredi 10 octobre après-midi, tout va bien. Il n'y a selon lui aucun bras de fer entre le Premier ministre et le président de la République. Il y a en tout cas une âpre négociation vu le temps d'attente pour ce remaniement. Depuis le départ de Gérard Collomb, Matignon avance ses pions. "Édouard Philippe pousse les siens. Du coup, la sensibilité de gauche réclame des contreparties pour rééquilibrer et ça n'en finit pas", assure un parlementaire.

Plusieurs refus essuyés par l'exécutif

Emmanuel Macron résiste. "On ne peut pas mettre que des gens de droite qui n'ont pas soutenu Macron à la présidentielle", martèle un haut responsable de La République en marche. L'obsession est de ne pas perdre le socle électoral d'Emmanuel Macron au centre-gauche. "On a un parti jeune. Nous n'avons pas une réserve de footballeurs professionnels", déplore un fin connaisseur de la Macronie. À cela s'ajoutent plusieurs refus essuyés par l'exécutif. Pas question donc pour le président de la République de se presser. "Il pense qu'on peut prendre 10 jours pour choisir un ministre alors qu'il faut six mois dans une entreprise pour recruter un chef de service", décrypte l'un de ses très proches.

Le JT
Les autres sujets du JT
Edouard Philippe et Emmanuel Macron à Paris, le 23 mars 2018.
Edouard Philippe et Emmanuel Macron à Paris, le 23 mars 2018. (PHILIPPE WOJAZER / POOL)