VIDEO. Démission de Gérard Collomb : dans les coulisses de la rupture entre le ministre et Emmanuel Macron

La démission de Gérard Collomb est un revers pour le président de la République d'autant plus qu'elle vient d'un de ses plus fidèles. Depuis l'affaire Benalla, les deux hommes avaient cependant pris leurs distances.

France 2

Emmanuel Macron a essayé de retenir Gérard Collomb jusqu'au bout, mais il voulait vraiment partir. Le ministre de l'Intérieur a acté sa démission, dans la nuit de mardi 2 au mercredi 3 octobre. C'est l'histoire d'une rupture voulue avant tout par le ministre de l'Intérieur, qui a préféré son avenir personnel. L'affaire Benalla provoque les premières fissures dans leur relation. Il n'est pas question pour Gérard Collomb de jouer les fusibles. Fin juillet lors de son audition devant les députés, il ne fait pas vraiment bloc derrière l'Élysée.

Emmanuel Macron protège son ministre jusqu'au bout

Début septembre, la popularité du président de la République s'écroule tandis que Gérard Collomb fait une rentrée fracassante. Il se permet de donner des leçons à Emmanuel Macron : "Les uns et les autres, nous avons manqué d'humilité", déclare-t-il. Un des plus proches collaborateurs du président confie alors qu'il "se sent trahi et il en est triste". Mais, publiquement, il préserve celui qui a été l'un des premiers à le rejoindre et avait laissé couler des larmes le jour de son investiture. Mardi 2 octobre, Gérard Collomb annonce, contre tous les usages, son départ pour être candidat à Lyon (Rhône). Emmanuel Macron le maintient encore, il n'est pas évident de trouver son remplaçant, comme le confie un ministre.

Le bouquet final vient de La Dépêche du midi qui révèle des propos tenus par Gérard Collomb sur Emmanuel Macron lors d'un déjeuner : "Il va finir par ne plus me supporter. Mais si tout le monde se prosterne devant lui, il finira par s'isoler".

Le JT
Les autres sujets du JT
Gérard Collomb et Emmanuel Macron, lors du Conseil des ministres du 3 août 2018.
Gérard Collomb et Emmanuel Macron, lors du Conseil des ministres du 3 août 2018. (MICHEL EULER / POOL)