Cet article date de plus de deux ans.

Démission de Gérard Collomb : "On a vraiment besoin de savoir où on va et comment on y va"

Laurent Massonneau, secrétaire général de l'Union des officiers-Unsa, estime que le successeur du ministre de l'Intérieur devra ête nommé rapidement pour poursuivre les réformes. 

Article rédigé par
Édité par Thomas Pontillon - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Gérard Collomb à la rencontre de policier le 26 septembre 2018 à Lille.  (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

"Même si on a absolument besoin d'un pilote, d'un amiral sur le navire, le navire ne coule pas comme cela, il y a 240 000 agents, il y a une administration centrale", a déclaré mardi 2 octobre sur franceinfo Laurent Massonneau, secrétaire général de l'Union des officiers-Unsa, après la décision de Gérard Collomb de quitter le ministère de l'Intérieur.

Le futur ministre devra "arriver vite"

Mais même si "les ministres se succèdent et les policiers restent", il faut que cet "amiral arrive vite, parce que des réformes doivent être engagées, poursuivies", estime le syndicaliste. "On a vraiment besoin de savoir où on va et comment on y va", poursuit Laurent Massonneau.

Pour lui, le successeur de Gérard Collomb devra être "quelqu'un qui soit prompt à engager les réformes que nous appelons de nos voeux. Quelqu'un qui connaît la maison, ou qui sait administrer, quelqu'un qui va agir rapidement, avec des prérequis". "Il ne faut pas qu'on reparte de zéro parce qu'on change de ministre", insiste Laurent Massonneau, qui regrette au passage le coup de rabot sur le budget du ministère de l'Intérieur.

Il devra "avoir des visions à long terme"

"La police est une institution qui ne va pas très bien, et les agents attendent des réformes qui donnent du sens à leur métier, qui donne un peu plus d'efficacité à leur travail au quotidien", explique le secrétaire général de l'Union des officiers-Unsa.

Il souligne que le prochain locataire de la place Beauvau devra "travailler sur l'organisation de la police, de la gendarmerie, des services d'investigation de la douane, réfléchir à la manière de mieux travailler avec les polices municipales, pour mieux répartir les effectifs sur le territoire, ne pas toujours réfléchir exclusivement en économie d'échelle, et avoir des visions à long terme".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.