Anciens Premiers ministres : une réforme a minima ?

En pleine crise des "gilets jaunes", Édouard Philippe avait promis que les avantages accordés aux anciens Premiers ministres ne seraient plus illimités dans le temps mais réduits à dix ans. Le décret qui précise les nouvelles règles est paru lundi 23 septembre..

FRANCE 2

C'était une promesse d'Édouard Philippe : réduire les moyens dont disposent les anciens Premiers ministres. Désormais, ils ne pourront bénéficier d'un secrétaire que pendant dix ans à compter de lundi 23 septembre et jusqu'à l'âge de 67 ans pour les futurs locataires de Matignon. En revanche, ils auront toujours droit à une voiture de fonction et à un chauffeur à vie pour des raisons de sécurité.

"J'ai un travail considérable, j'ai besoin d'une assistance"

Édith Cresson, Premier ministre au début des années 1990, est aujourd'hui à la tête d'une fondation. Elle estime avoir besoin de ces moyens. "J'ai un travail considérable, j'ai besoin d'une assistance (...). La voiture et le chauffeur me servent pour travailler à quelque chose qui est utile." Au total, 11 anciens chefs de gouvernement peuvent être concernés, parmi lesquels Lionel Jospin, Dominique de Villepin ou Jean-Marc Ayrault. En 2018, le coût des anciens Premiers ministres s'est élevé à un peu plus d'un million d'euros selon Matignon.

Le JT
Les autres sujets du JT
Dominique de Villepin à Chongqing, en Chine, le 14 octobre 2016.
Dominique de Villepin à Chongqing, en Chine, le 14 octobre 2016. (CHEN BOYUAN / IMAGINECHINA / AFP)