Gérard Collomb estime que Christophe Castaner "peut commettre un certain nombre d'erreurs"

"Lorsque vous êtes au ministère de l'Intérieur, tout pèse", a rappelé Gérard Collomb au micro d'Europe 1. "Il faut faire attention à être totalement inattaquable", a insisté l'ancien ministre de l'Intérieur.

Le ministre de l\'Intérieur, Gérard Collomb, et le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, lors d\'un point presse à l\'Elysée, le 30 octobre 2017. 
Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, et le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, lors d'un point presse à l'Elysée, le 30 octobre 2017.  (CHRISTOPHE ENA / POOL / AFP)

Il recadre son successeur. L'ancien ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, qui a démissionné de son poste en octobre, a jugé que Christophe Castaner, qui l'a remplacé Place Beauveau, pouvait "commettre un certain nombre d'erreurs", jeudi 9 mai au micro d'Europe 1. "Il faut qu'il fasse attention", a prévenu Gérard Collomb.

L'ex-ministre, redevenu maire de Lyon en novembre, faisait allusion aux propos tenus par Christophe Castaner, après l'intrusion dans l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, le 1er mai. Le ministre de l'Intérieur avait qualifié l'incident "d'attaque" et assuré "qu'on a agressé son personnel soignant", avant de reconnaître qu'il n'aurait "pas dû employer" ce terme "d'attaque", mais parler "d'intrusion violente".

"Lorsque vous êtes au ministère de l'Intérieur, tout pèse", a souligné Gérard Collomb. "Si vous faites une réflexion hasardeuse, cela renforce la tendance 'gilets jaunes'. Il faut faire attention à être totalement inattaquable", a-t-il insisté. L'ancien ministre de l'Intérieur a également appelé son successeur à ne pas s'exprimer trop régulièrement. "On n'est pas obligés, lorsqu'on est ministre de l'Intérieur, de communiquer tous les jours", a-t-il estimé.