Sécurité globale : de violents heurts lors de la manifestation à Paris

À Paris comme dans d’autres grandes villes, des manifestations ont eu lieu samedi 5 décembre contre la loi sécurité globale. Des heurts ont éclaté entre des casseurs et les forces de l’ordre.

franceinfo

52 000 manifestants se sont réunis samedi 5 décembre pour protester contre la loi sécurité globale, dont environ 5 000 à Paris selon les autorités. Dans la capitale, la manifestation a été émaillée des violences. 400 à 500 casseurs se sont opposés aux forces de l’ordre. Des voitures ont été brûlées, des magasins et des banques vandalisés. Alors que la marche des libertés avait débuté dans le calme, le face à face a ensuite été très tendu toute l’après-midi. Les dégâts sont considérables pour les commerçants.

L’article 24 de la loi sécurité globale toujours en cause

"Il n’y a rien de civilisé dans ce genre d’actes, ça me dépasse", narre un agent immobilier. Initialement, les manifestants protestaient notamment contre l’article 24 de la loi sécurité globale. "Va-t-elle vraiment être écrite par une commission de relecture indépendante ?", s’interroge un manifestant. En marge de ce rassemblement, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a tweeté : "Les casseurs cassent la République". Il y a eu une quarantaine d'interpellations.

Une manifestante brandit une pancarte lors de la mobilisation contre la proposition de loi sur la \"sécurité globale\" à Metz, le 5 décembre 2020.
Une manifestante brandit une pancarte lors de la mobilisation contre la proposition de loi sur la "sécurité globale" à Metz, le 5 décembre 2020. (NICOLAS BILLIAUX / HANS LUCAS / AFP)