Osez le féminisme! en "colère" alors que la justice clôt l'instruction sur les accusations de viol visant Gérald Darmanin

La justice s'oriente vers un non-lieu dans l'enquête sur les accusations de viol visant Gérald Darmanin. Céline Piques, porte-parole d'Osez le féminisme!, dénonce l'"échec de la justice".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, le 28 mai 2021 à La Chapelle-sur-Erdre. (OLIVIER LANRIVAIN / MAXPPP)

"Cette décision me met en colère, elle nous met toutes en colère", a réagi Céline Piques, porte-parole d'Osez le féminisme!, mardi 14 septembre sur franceinfo concernant la décision de la juge de clore l'instruction sur les accusations de viol visant Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur. Selon nos informations, la justice s'oriente vers un non-lieu même si le procureur de la République de Paris doit encore rendre ses réquisitions avant la décision.

"Gérald Darmanin a reconnu le rapport sexuel, il y a un certain nombre de preuves qui montrent qu'il a extorqué ce rapport sexuel contre une faveur, contre une intervention de sa part, et on va vers un non-lieu..."

Céline Piques

à franceinfo

La militante féministe a dénoncé "l'échec de la justice" à "caractériser la contrainte liée à la situation de pouvoir de Gérald Darmanin". "C'est incompréhensible et cela montre encore une fois que 99% des violeurs ne seront jamais condamnés parce que la justice n'arrive pas à caractériser la contrainte liée à la situation de pouvoir", a-t-elle répété. "Cette énième affaire est pour moi une énorme défaite de la justice française, 4 ans après Metoo", a poursuivi Céline Piques, "comme à peu près toutes les affaires qui ont été dévoilées depuis, PPDA, Denis Baupin, Richard Berry, il n'y a pas une seule condamnation et c'est scandaleux".

"Nous sommes en colère contre cette justice qui échoue face à la libération de la parole des femmes."

Céline Piques

à franceinfo

"Je pense qu'aujourd'hui la France est la risée d'un certain nombre de pays", a affirmé la porte-parole d'Osez le féminisme, concernant le fait que le ministre de l'Intérieur n'a pas quitté ses fonctions après les accusations de viol de Sophie Patterson-Spatz. "C'est un scandale et quand on est ministre de l'Intérieur c'est un double scandale", selon Céline Piques. Pour l'instant, et avant que la décision finale de la juge ne soit prise dans l'affaire qui vise Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur est toujours sous le statut de témoin assisté dans cette instruction.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Gérald Darmanin

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.