Cet article date de plus de neuf ans.

Génération Précaire lance "Young&Poor", son agence de notation des programmes des candidats

Le collectif Génération Précaire, connu pour lutter contre la précarisation de l’emploi des jeunes, a lancé, jeudi 1er mars, "Young&Poor", sa propre agence de notation afin d’évaluer les programmes jeunesse des candidats.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Quel candidat est le mieux noté par la nouvelle agence de notation ? (DR)

Le collectif Génération Précaire, connu pour lutter contre la précarisation de l'emploi des jeunes, a lancé, jeudi 1er mars, "Young&Poor", sa propre agence de notation afin d'évaluer les programmes jeunesse des candidats.

En habitué des actions médiatiques et symboliques pour la défense des stagiaires et des jeunes travailleurs, le collectif Génération Précaire a recyclé son savoir faire pour peser sur la campagne présidentielle.

"2012, nouveau siècle, nouvelle génération, nouvelle agence de notation", vendait la bande-annonce diffusée depuis le 27 février sur Youtube. Chose faite ce jeudi 1er mars où Génération Précaire a lancé sa propre agence de notation, baptisée Young&Poor –jeune et pauvre en anglais- en référence explicite à l'agence de notation américaine Standard&Poors.

Avec pour objectif de "forcer les candidats à réfléchir, à appréhender et à se positionner sur les thématiques liées aux politiques d'insertion des jeunes (16-34 ans) dans la vie active", "Young&Poor" passe les propositions des candidats sur leur politique pour la jeunesse au crible.

"Les notes sont relativement médiocres"

Fonctionnant comme une agence de notation financière classique, l'agence créée par Génération Précaire fonctionne avec un groupe d'experts, auditeurs et superviseurs, dont les analyses sont validées par un comité de notation. Y siègent huit experts indépendants aux profils divers comme Louis Chauvel, sociologue et chercheur à l'OFCE, Gilles Babinet, entrepreneur et président du Conseil national du numérique, ou encore Annick Coupé, déléguée générale de Union syndicale Solidaires.

Notés selon 10 critères (Orientation, Alternance et contrat pro, aide aux chômeurs, stages…), les candidats sont placés face à leurs lacunes. "Nous sommes navrés de vous annoncer qu'il n'y a pas de triple A. Les notes sont relativement médiocres. Mais notre objectif est de faire monter en compétence les candidats pendant la campagne. Il y aura deux autres notations avant le 1er tour et une dans l'entre-deux tours", a déclaré Ophélie Latil de Génération précaire, lors d'une conférence de presse le jeudi 1er mars.

Les programmes jeunesse des candidats passés au crible (Capture d'écran du site youngandpoor.org)

Poutou et Arthaud en "faillite"

Parmi les douze programmes évalués, ceux de François Hollande, Marine Le Pen, Eva Joly, Corinne Lepage et Jean-Luc Mélenchon s'en sortent le mieux, malgré une note médiocre de C.

"Attention" mettent en garde les analystes en herbe, tous les C ne se valent pas : "C correspond à une note entre 8 et 11 sur 20 : le PS et EELV sont plus près du 11, le FN du 8", a souligné Lila Djellali, l'une des "superviseuses".

Détenteurs d'un "D" comme "douteux", Nicolas Sarkozy, François Bayrou, Dominique de Villepin, Nicolas Dupont-Aignan et Jacques Cheminande viennent derrière les premiers de la classe.

Philippe Poutou et Nathalie Arthaud, les deux candidats trotskystes, "qui ont des propositions mais qui ont été jugées non recevables parce qu'irréalistes", dixit Mme Latil, ferment la marche. Ils récoltent un "E", synonyme de "faillite".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.