Un site d'extrême droite publie une liste d'avocats "à éliminer", qui avaient signé une tribune contre le Rassemblement national

"A envoyer dans un fossé ou dans un stade, ces avocats déclarent déjà ne pas respecter le verdict des urnes en cas de victoire du RN", menace le sulfureux site Réseau libre.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
"Bien entendu ce ne sont pas les seuls, c'est la grande majorité des avocats qu'il est nécessaire de neutraliser", est-il écrit sur le site Réseau libre. (NICOLAS GUYONNET / AFP)

Le site d'extrême droite Réseau libre a publié, mercredi 3 juillet, un article recensant une centaine d'avocats "à éliminer", qualifiés de "pourritures" pour avoir signé une tribune dans Marianne la veille, contre le Rassemblement national. "A envoyer dans un fossé ou dans un stade, ces avocats déclarent déjà ne pas respecter le verdict des urnes en cas de victoire du RN", menace Réseau libre, auquel nos confrères de Street Press ont consacré une enquête en début d'année.

"Bien entendu, ce ne sont pas les seuls, c'est la grande majorité des avocats qu'il est nécessaire de neutraliser", est-il écrit sur ce site sulfureux, qui appelle à "remettre les choses en ordre". Réseau libre déplore le fait que "ces vermines en robe noire" aient porté plainte en 2001 contre un autre site d'extrême droite, SOS racaille, qui avait lui aussi publié une liste d'avocats accusés de "défendre la racaille anti-France".

Ce site, qui reprenait les codes visuels du site Internet de SOS Racisme, avait été condamné en 2006 à une amende de 12 000 euros, comme le relatait Le Monde à l'époque. "Nous ne sommes pas formellement identifiés, nous ne serons pas arrêtés, et nous serons peut-être condamnés, on s'en tappe !", assure Réseau libre. 

Un signalement effectué au parquet de Paris 

Cette publication a fait vivement réagir, à commencer par le garde des Sceaux, qui "condamne avec la plus grande fermeté" la publication de cette liste. "Ceux qui veulent la mort de nos libertés commencent toujours par s’en prendre aux avocats", déclare Eric Dupond-Moretti. 

"La démocratie est plus que jamais menacée lorsque circulent des listes d’avocats à éliminer parce qu’ils remplissent leur mission", dénonce sur X Pierre Hoffman, le bâtonnier de Paris, qui précise avoir saisi le parquet de Paris. "Ce signalement est en cours d'analyse", précise le parquet à franceinfo. 

Le Syndicat des avocats de France (SAF) estime sur le réseau social que cette liste est un "rappel qu'il est plus que jamais nécessaire de faire barrage [à l'extrême droite]". L'association des avocats pénalistes "assure aux confrères concernés son inconditionnel soutien"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.