VIDEO. Un maire FN juge moins grave d'être condamné pour incitation à la haine raciale que pour corruption

Le maire de Fréjus et sénateur Front national des Alpes-Maritimes, David Rachline, était interrogé dans un reportage du "Supplément" de Canal+.

Le maire FN de Fréjus et sénateur des Alpes-Maritimes, David Rachline, le 25 mars 2014.
Le maire FN de Fréjus et sénateur des Alpes-Maritimes, David Rachline, le 25 mars 2014. (ERIC GAILLARD / REUTERS)

Pour David Rachline, tous les délits ne se valent pas. Le maire Front national de Fréjus juge qu'il est moins grave d'être condamné pour incitation à la haine raciale que pour corruption. Le sénateur des Alpes-Maritimes l'a confié aux journalistes du "Supplément" de Canal+, venus le rencontrer.

Plutôt l'incitation à la haine raciale "que de truander les Français"

L'élu frontiste était, en particulier, interrogé sur le cas d'un colistier de Marion Maréchal-Le Pen aux élections régionales déjà condamné pour incitation à la haine raciale. David Rachline répond : "Il vaut mieux ça qu'être condamné pour corruption, ce qui est le cas de nombreux responsables politiques en Paca, en particulier dans les Alpes-Maritimes." Relancé sur ce point, il répète qu'une telle condamnation est moins grave "que de truander les Français". "Oui, je pense, voilà", tranche-t-il.

Le nom de David Rachline est cité dans l'enquête de juges d'instruction parisiens sur le financement du FN. Ils soupçonnent notamment la société Riwal d'avoir financé illégalement le FN et le micro-parti Jeanne, par des dons ou des aides, comme la mise à disposition gratuite de locaux ou d'employés, le paiement durant la campagne des législatives de salaires sur deux mois pour des emplois présumés fictifs de deux responsables, dont David Rachline. Le FN a été mis en examen le 9 septembre pour recel d'abus de biens sociaux et complicité d'escroquerie dans cette affaire.