Régionales 2015 : retour sur quarante ans de progression du Front national

Sur le plateau du 20heures, Nicolas Chateauneuf revient sur les 40 ans de résultats électoraux du parti de Marine Le Pen.

France 2

"En quarante ans, le Front est parti de presque rien, pour atteindre 28% des suffrages exprimés au premier tour", commente en plateau Nicolas Chateauneuf. En 1974, Jean-Marie Le Pen se présente à la présidentielle pour la première fois : 0,75% des votes. "Il faudra attendre dix ans pour que le FN se fasse vraiment remarquer dans les urnes. En 1984, aux européennes, le FN atteint 11%", poursuit le journaliste. S'ensuit une lente progression, lors des présidentielles de 1988 et 1995 avec 14 et 15% des voix pour Jean-Marie Le Pen. Le premier coup d'arrêt de cette progression est donné aux européennes de 1999. Le FN n'engrange que 6% des voix. "La raison, c'est la scission du parti avec le départ notamment de Bruno Maigret. Le FN est littéralement menacé d'implosion".

"Le plafond de verre" brisé en 2012

Mais contre toutes attentes, le FN accède en 2002 au second tour de la présidentielle. Quelques années plus tard, il perd des points à la présidentielle de 2007 et ne récolte que 10% des voix. "C'est Nicolas Sarkozy qui détourne une partie des électeurs traditionnels du Front national à son profit". Le FN renoue avec les bons scores en 2012 après l'arrivée de Marine Le Pen. Avec ses 18% à la présidentielle, "le plafond de verre électoral saute". Les bons chiffres sont confirmés aux européennes et aux départementales. Ces 28% aux régionales, "c'est évidemment le record absolu pour le Front national", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Marine Le Pen, présidente du Front national, et Louis Aliot, tête de liste FN aux régionales en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, le 2 décembre 2015 à Nîmes (Gard). 
Marine Le Pen, présidente du Front national, et Louis Aliot, tête de liste FN aux régionales en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, le 2 décembre 2015 à Nîmes (Gard).  (MAXPPP)