Présidentielle 2022 : "Marine Le Pen a laissé Éric Zemmour prospérer lorsqu'il était à 9%", selon Erwan Bruckert

Publié
Durée de la vidéo : 7 min.
Présidentielle 2022 : "Marine Le Pen a laissé Éric Zemmour prospérer lorsqu'il était à 9%", selon Erwan Bruckert
France Info
Article rédigé par
E.Bruckert, S.Khaldoun - franceinfo
France Télévisions

Les sondages ont toujours été un sujet de controverse. Erwan Bruckert, journaliste au service politique de l'Express, est l'invité du plateau du 23 Heures de France Info.

Même si les sondages ne sont pas d'une fiabilité extrême à six mois de l'élection présidentielle, il est important de souligner qu'Éric Zemmour est extrêmement bien placé dans ces derniers. "Les sondages s'analysent en dynamique. Éric Zemmour est passé en quelques semaines de 7% à 14-15%. Pour certains instituts de sondages, il est peut-être surestimé, mais le fait est que cette percée est très importante. Marine Le Pen a laissé Éric Zemmour prospérer lorsqu'il était à 9% et elle a perdu son pari lorsque l'on voit les courbes qui se sont croisées. Maintenant qu'il est son égal dans les sondages, elle joue encore la zénitude, mais elle commence à l'attaquer", explique Erwan Bruckert, journaliste au service politique de l'Express.

Pour Édouard Philippe, "le parti est important pour produire des idées et travailler à l'avenir du pays"

Alors que la droite compte un nouveau parti, celui d'Édouard Philippe, le nombre de partis politiques vient encore de monter en France : 590. "C'est beaucoup surtout lorsque l'on voit l'intérêt des partis dans le paysage politique. C'est là que l'on voit qu'Édouard Philippe est différent d'Emmanuel Macron. Il considère que le parti est important pour produire des idées et travailler à l'avenir du pays. Il crée ce parti pour rapprocher tout le réseau de maire qu'il s'est fait à Matignon lorsqu'il était Premier ministre. Il va essayer aussi de s'implanter au sein de l'Assemblée nationale lors des prochaines législatives", ajoute Erwan Bruckert, invité sur le plateau de 23 Heures de France Info.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.