Pendant que Marine Le Pen défend la liberté la presse, Steeve Briois s'en prend à "La Voix du Nord"

La candidate FN à la présidentielle présentait ses vœux à la presse, mercredi matin. Au même moment, un vice-président du parti fustigeait "La Voix du Nord", quotidien menacé par un plan social. 

Marine Le Pen et Steeve Briois déambulent au marché de Liévin (Pas-de-Calais), le 14 octobre 2015. 
Marine Le Pen et Steeve Briois déambulent au marché de Liévin (Pas-de-Calais), le 14 octobre 2015.  (DENIS CHARLET / AFP)

Mauvais timing pour le Front national. Pendant que Marine Le Pen présentait ses vœux à la presse, mercredi 4 janvier, Steeve Briois, l'un des vice-présidents du FN, envoyait un communiqué de presse fustigeant la ligne éditoriale de La Voix du Nord. Le quotidien, fleuron de la presse quotidienne régionale, se dirige vers un important plan social

"Sans liberté de la presse, pas de liberté d'opinion, pas de liberté d'expression, en un mot : pas de démocratie", a déclaré la présidente du FN, en introduction de son discours destiné à prouver qu'elle et son parti son "prêts, résolus, organisés" pour la présidentielle. "Les 178 postes menacés à La Voix du Nord, selon Les Echos, sont la malheureuse conséquence d’une ligne éditoriale qui s’est radicalement politisée (...) au risque de ne plus faire d’information et d’imposer un militantisme rebutant", égratignait au même moment le maire d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais).

Briois réclame "une information pluraliste"

Steeve Briois met notamment en cause plusieurs unes hostiles au FN publiées fin 2015, pendant la campagne pour les élections régionales. Depuis, la municipalité d'Hénin-Beaumont entretient des relations houleuses avec La Voix du Nord

Marine Le Pen en une du quotidien \"La Voix du Nord\", le 30 novembre 2015.
Marine Le Pen en une du quotidien "La Voix du Nord", le 30 novembre 2015. (MAXPPP)

La prise de position contre la candidature de Marine Le Pen durant les régionales de 2015 avait choqué, tant chez les lecteurs de La Voix du Nord de tout bord que dans les rédactions locales et nationales d’autres organes.Steeve Brioisdans un communiqué

"Tristement, ce sont donc des salariés qui doivent subir les erreurs stratégiques d’une rédaction qui a dévoyé l’utilité première de la presse quotidienne régionale", estime le vice-président du FN, qui ajoute : "C’est par le retour à une information pluraliste, réaliste, éloignée des idéologies (...) que La Voix du Nord pourra espérer tenir et éventuellement se refaire une santé."