Nicolas Dupont-Aignan : ses contradictions face au FN

Le programme de Nicolas Dupont-Aignan comportait de nombreuses convergences politiques avec celui de Marine Le Pen, mais son parcours et ses propos en direction du Front national ont longtemps laissé croire qu'il ne ferait pas d'alliance avec le parti d'extrême droite. Mais s'agit-il vraiment d'une surprise ? Retour sur ses déclarations et prises de position.

Voir la vidéo
France 2

Devenir le Premier ministre de Marine Le Pen, la question avait été posée à Nicolas Dupont-Aignan. Sa réponse ? "Il y a des différences profondes entre nous, ce n'est pas du tout la même histoire. Je ne suis pas identitariste, je suis gaulliste, je n'ai rien à voir", répondait-il. Mais pour sa première candidature présidentielle, en 2012, le candidat fustigeait déjà l'euro. Nicolas Dupont-Aignan est issu des rangs du RPR. Il quitte l'UMP en 2005, en désaccord sur le traité européen. Depuis, il laboure toujours le même sillon. "Je suis gaulliste, je crois à la souveraineté du peuple. Le pouvoir vient du peuple." Un positionnement politique qui lui vaut depuis des questions récurrentes sur ses différences avec le Front national.

"Ce n’est pas le programme du Front national"

Malgré ses propos répétés sur sa différence, le Front national lui propose régulièrement de se rallier. Mais durant toute cette campagne de 2017, le candidat de "Debout la France" va s'attacher à se différencier de Marine Le Pen : "Quand Marine Le Pen dit le Frexit, moi je dis non, il faut renégocier. Quand je veux baisser les impôts sur tous, c'est pour relancer l'activité, ce n’est pas le programme du Front national", martelait-il pour marquer sa différence. Désormais, Nicolas Dupont-Aignan devra assumer son virage et travailler avec celle qu'il a toujours critiquée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le candidat Nicolas Dupont-Aignan en déplacement à Gujan-Mestras, le 10 avril 2012.
Le candidat Nicolas Dupont-Aignan en déplacement à Gujan-Mestras, le 10 avril 2012. (PIERRE ANDRIEU / AFP)