Marine Le Pen se dit en mesure de constituer un groupe au Parlement européen

Le groupe, dont la composition sera connue mardi, s'appellera "Europe des nations et des libertés".

La présidente du FN, Marine Le Pen, au Parlement européen, à Strasbourg, le 10 juin 2015.
La présidente du FN, Marine Le Pen, au Parlement européen, à Strasbourg, le 10 juin 2015. (FREDERICK FLORIN / AFP)

Il lui aura fallu plus d'un an pour y parvenir. La présidente du Front national annonce, lundi 15 juin, la constitution prochaine d'un groupe au Parlement européen. Marine Le Pen en donnera les détails mardi à Bruxelles lors d'une conférence de presse. Dans un communiqué, elle précise qu'il sera baptisé "Europe des nations et des libertés".

Elle comptait déjà les 37 élus nécessaires, mais Marine Le Pen n'était jusque-là parvenue qu'à rassembler ses alliés "historiques" : le Parti pour la liberté (PVV) du Néerlandais Geert Wilders, le Parti de la liberté autrichien (FPÖ), la Ligue du Nord italienne et le Vlaams Belang flamand (Belgique). Soit seulement cinq nationalités alors qu'il faut au moins 25 élus de sept nationalités pour former un groupe.

"Des discussions jusqu'à la dernière minute"

Plusieurs sources FN interrogées lundi soir ont refusé de préciser de quels pays sont originaires les élus rejoignant le groupe. "Il y a des discussions jusqu'à la dernière minute", a rappelé un eurodéputé FN. Les frontistes assuraient régulièrement depuis quelques mois qu'il ne manquait qu'"un pays", le septième, pour constituer un groupe, car le sixième était "prêt à être déclenché".

Outre une plus grande visibilité, d'éventuelles présidences de commissions ou de sous-commissions, un groupe donne l'assurance de recevoir entre 20 et 30 millions d'euros de subventions au cours des cinq années suivantes, hors salaires et avantages des députés.