Cet article date de plus de trois ans.

Marine Le Pen a raté un vote du Parlement européen qui visait à renforcer le contrôle aux frontières de l'espace Schengen

La présidente du Front national a fréquemment dénoncé les accords de Schengen. Elle a pourtant séché un vote visant à renforcer les contrôles aux frontières de cette zone.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marine Le Pen au Parlement européen, à Strasbourg, le 15 février 2017. (FREDERICK FLORIN / AFP)

Le Front national rate rarement une occasion de dénoncer les frontières "passoires" de l'Europe. La présidente du parti était pourtant absente lors d'un vote du Parlement européen sur un renforcement des contrôles à l'entrée de l'espace Schengen, jeudi 16 février, note Le Lab d'Europe 1. Après avoir participé au vote du traité Ceta à Strasbourg, mercredi, Marine Le Pen a en effet séché la session suivante de l'institution européenne.

Les eurodéputés ont approuvé, jeudi, l'obligation de contrôler l'identité de tous les citoyens "qui franchissent les frontières extérieures de l'Union européenne". "C'est une réponse aux menaces terroristes en Europe (...) et au phénomène des 'combattants étrangers', tels que les citoyens de l'UE qui rejoignent des groupes terroristes dans des zones de conflit", explique le Parlement dans un communiqué.

Les autres frontistes se sont abstenus ou ont voté contre le texte

Une résolution qui aurait dû séduire Marine Le Pen. Après l'attentat de Berlin, en décembre, la présidente du FN écrivait dans un communiqué : "Cette escapade [de l'auteur de l'attaque] dans deux ou trois pays a minima est symptomatique de la catastrophe sécuritaire totale que représente l’espace Schengen." Elle a ensuite "réitéré l’engagement de redonner à la France la pleine maîtrise de sa souveraineté, de ses frontières nationales et de mettre fin en conséquence aux accords de Schengen", note BFMTV.

L'eurodéputée n'a toutefois pas jugé nécessaire de participer au vote sur le contrôle aux frontières européennes. Les autres élus du FN ne se sont pas non plus mobilisés sur cette question, note Le Lab d'Europe 1. Steve Briois et Florian Philippot se sont abstenus, selon le compte-rendu de séance. L'eurodéputé frontiste Gilles Lebreton a, lui, voté contre cette résolution.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.