Cet article date de plus de six ans.

Le FN suspend la sénatrice Claudine Kauffmann, qui comparait les migrants aux nazis

Sur sa page Facebook, la sénatrice du Var avait évoqué, à plusieurs reprises, la situation des migrants en des termes qualifiés d'"inacceptables" par le FN.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
David Rachline, directeur de la communication du FN, le 19 mai 2017, à Saint-Raphaël (Var). (MAXPPP)

Le Front national a annoncé, mercredi 4 octobre, la suspension de la nouvelle sénatrice du Var, Claudine Kauffmann, qui avait comparé sur son profil Facebook les migrants à l'Occupation nazie"Elle est suspendue, dans l'attente d'explications et de clarifications sur ses propos", a annoncé à l'AFP David Rachline, directeur de la communication du parti d'extrême droite. "C'est une mesure conservatoire pour avoir une discussion avec elle", a précisé David Rachline, candidat sur la même liste que Claudine Kauffmann aux dernières sénatoriales. "J'ai vu passer des propos sur la 'vermine', c'est absolument inacceptable", a-t-il fustigé.

Sur sa page Facebook, Claudine Kauffmann avait publié le 25 mai, comme l'a repéré BuzzFeed, deux photos. La première faisait figurer des migrants à Paris, la seconde la couverture du livre de Julian Jackson intitulé La France sous l'Occupation, 1940-1944 (Ed. Flammarion), en couverture duquel figure Adolf Hitler sur le parvis du Trocadéro, avec la tour Eiffel en fond. "Si la photo de gauche ne s'appelle pas l'occupation, dites-moi comment ça s'appelle !!!", insistait-elle dans les commentaires, avant de déplorer qu'"aujourd'hui, personne ne lutte contre cette invasion. Donc à mes yeux c'est pire !".

Cette publication a été retirée, mais "je ne retranche rien de la publication qui m'est ce jour reprochée", a toutefois affirmé la sénatrice dans un communiqué, s'amusant de voir "interpellés certains biens-pensants à l'indignation sélective". Dans d'autres publications de 2016, figurant toujours sur sa page Facebook mercredi matin, elle qualifiait les migrants de "vermine" ou d'"envahisseurs".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.