Le FN lève la suspension pour "prosélytisme" de l'un de ses élus converti à l'islam

Le parti est revenu, vendredi, sur l'éviction de cet élu de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis).

Un pupitre au siège du Front national, le 27 mars 2011 à Nanterre (Hauts-de-Seine).
Un pupitre au siège du Front national, le 27 mars 2011 à Nanterre (Hauts-de-Seine). (BERTRAND GUAY / AFP)

Il avait été évincé du Front national pour avoir fait du "prosélytisme". Le parti a annoncé, vendredi 31 octobre, qu'il levait la "suspension temporaire" de Maxence Buttey, conseiller municipal à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), âgé de 22 ans.

Devant le "bureau exécutif du parti réuni en commission des conflits", Maxence Buttey "a pu confirmer son engagement comme élu municipal du Front national à défendre les idées de son mouvement, notamment la lutte contre le communautarisme et la promotion de la laïcité", écrit le parti dans un communiqué.

Suspendu pour une vidéo

L'élu municipal, récemment converti à l'islam, avait été suspendu de ses responsabilités au bureau départemental du parti pour avoir envoyé à ses cadres une "vidéo prosélyte". L'élu avait "fermement" démenti les accusations de son parti, affirmant qu'il avait envoyé cette vidéo pour "expliquer" sa conversion.

Le vice-président du FN Florian Philippot avait parlé de "comportement prosélyte dans l'enceinte du parti". "Sa religion n'est pas l'affaire du parti, car nous défendons la laïcité, avait-il affirmé. Mais là, on a quitté le domaine de la conviction personnelle et de la foi. Un parti politique n'est pas le lieu pour cela."