Cet article date de plus de quatre ans.

La vice-présidente du FN suspendue temporairement pour avoir participé au 1er mai de Jean-Marie Le Pen

A l'issue d'une convocation devant le bureau exécutif du parti, la frontiste historique a été évincé 15 mois pour "faute grave".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marie-Christine Arnautu, le 4 mai 2015, au siège du Front national à Nanterre (Hauts-de-Seine). (MAXPPP)

Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du Front national et frontiste historique, a été suspendue, lundi 11 juillet, pour 15 mois de ses fonctions dirigeantes au sein du bureau exécutif du parti. On lui reproche d'avoir participé à la célébration du 1er mai organisé par Jean-Marie Le Pen, exclu du parti en août dernier.

Marie-Christine Arnautu a donc été écartée pour "faute grave", a annoncé le FN. "On va voir le côté positif. J'ai pu dire ce que j'avais à dire. Je trouve toujours cette sanction profondément injuste, mais j'en prends acte", a affirmé la députée européenne, qui avait assurer "n'avoir fait aucune faute politique ni fait preuve de déloyauté envers Marine Le Pen". Compte-t-elle contester en justice cette sanction ? "Je me laisse le délai de réflexion des grandes vacances", a-t-elle ajouté.

Un bureau acquis à Marine Le Pen

Cette suspension de quinze mois devrait coïncider avec le prochain congrès du parti, prévu à l'automne 2017 ou l'hiver 2018, où les instances frontistes pourraient être renouvelées. D'ici là, le bureau exécutif sera donc composé de sept personnes (Marine Le Pen, Nicolas Bay, Jean-François Jalkh, Louis Aliot, Florian Philippot, Steeve Briois, Wallerand de Saint-Just) dont le vote est, a priori, acquis à la présidente du parti d'extrême droite.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.