Jordan Bardella président du RN : Steeve Briois, évincé du bureau exécutif, dénonce une "purge" et une "droitisation" du parti

Écarté de la direction du Rassemblement national, le maire d'Hénin-Beaumont estime que le successeur de Marine Le Pen met trop l'accent sur "l'immigration et l'identité" au détriment "des problèmes du quotidien et des problèmes sociaux".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jordan Bardella, élu président du Rassemblement national, à Paris, le samedi 5 novembre 2022. (ALAIN JOCARD / AFP)

Évincé du bureau exécutif du Rassemblement national après l'élection du nouveau président Jordan Bardella, l'ancien vice-président du parti et maire d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) Steeve Briois dénonce samedi 5 novembre sur franceinfo une "droitisation" du RN. L'eurodéputé, âgé de 27 ans, s'est imposé avec près de 85% des suffrages contre Louis Aliot, maire de Perpignan, mettant fin à à onze ans de présidence de Marine Le Pen.

Steeve Briois dénonce une "purge qui consiste à exclure du bureau exécutif des personnes qui ont été au coeur de l'aspect social du mouvement, pour faire place à des gens qui ne sont que identitaires". "C'est un virage qui m'inquiète, poursuit-il, car je n'ai pas envie que nous retombions demain dans ce qu'était le FN il y a vingt ans".

"Il faut aussi pouvoir s'adresser aux électeurs de gauche"

"Il n'y a pas que l'immigration et l'identité, il faut parler des problèmes du quotidien et des problèmes sociaux", plaide le maire d'Hénin-Beaumont, estimant que si le RN veut l'emporter lors de la prochaine élection présidentielle, "il faut aussi pouvoir s'adresser aux électeurs de gauche".

Selon Steeve Briois, "si on se radicalise et que l'on se retranche dans des positions un peu plus dures, on ne risque pas d'y arriver", car ce serait "arriver à une espèce de FN style années 80 où l'on ne parle que d'identité".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Rassemblement national - RN

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.