Front national : Jean-François Jalkh remplacé à la tête du FN après des déclarations jugées négationnistes

Marine Le Pen avait délégué la présidence du FN à Jean-François Jalkh pour se consacrer à sa campagne du second tour. Mais suite à des déclarations jugées négationnistes remontant à 2005, l'eurodéputé vient d'être remplacé par Steeve Briois, maire d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). 

FRANCE 3

Soupçonné de propos négationnistes, l'eurodéputé Jean-François Jalkh, qui devait assurer la présidence du FN par intérim, renonce finalement à cette mission. Cet homme de l'ombre du Front national a été successivement député, conseiller régional puis député européen.

Négation de l'utilisation du Zyklon B

Dans un entretien réalisé en 2000 et paru en 2005, il émet des doutes sur la réalité des chambres à gaz et sur l'utilisation du gaz Zyklon B : "Moi, je considère que d'un point de vue technique il est impossible, je dis bien impossible, de l'utiliser dans des (...) exterminations de masse", a-t-il déclaré dans les colonnes du journal "Le Temps des savoirs". C'est donc désormais Steeve Briois, le maire d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), qui le remplace à la tête du FN. À neuf jours du second tour, c'est une volte-face dont Marine Le Pen se serait bien passée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le maire d\'Hénin-Beaumont, Steeve Briois (à gauche), va remplacer Jean-François Jalkh (à droite) à la présidence par intérim du Front national.
Le maire d'Hénin-Beaumont, Steeve Briois (à gauche), va remplacer Jean-François Jalkh (à droite) à la présidence par intérim du Front national. (JACQUES DEMARTHON / AFP)