Cet article date de plus de cinq ans.

FN suspecté de fraudes : Martin Schulz est "aux ordres" de Valls, dit Marion Maréchal-Le Pen

La députée frontiste était interrogée sur France Info.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marion Maréchal-Le Pen, à Paris, le 9 mars 2015. (CITIZENSIDE / PATRICE PIERROT / AFP)

"Monsieur Schulz, qui est un militant politique (...), a appliqué à la lettre les ordres de monsieur Valls qui, hier, expliquait qu'il fallait que les élites se mobilisent contre le Front national". Pour la députée Marion Maréchal-Le Pen, interrogée sur France Info mardi 10 mars, le président du Parlement européen, qui soupçonne le Front national de fraude, est aux ordres du Premier ministre. Objectif des deux hommes, d'après elle : jeter la suspicion sur le FN à l'approche des élections départementales en France.

"Montants faramineux et grotesques"

"C'est de l'acharnement politique, évidemment, en période électorale", a-t-elle ainsi estimé, alors que plusieurs enquêtes d'opinion placent le parti de Marine Le Pen en tête des intentions de vote pour le premier tour des départementales, le 22 mars. Dimanche, Manuel Valls a dit sa "peur" que la France ne "se fracasse contre le Front national".

Les soupçons de fraude portent sur des cas litigieux de 20 assistants parlementaires engagés par les 24 députés européens. Marion Maréchal-Le Pen, députée FN, a dit que les personnes visées étaient "à la fois assistants parlementaires et conseillers de Marine Le Pen sur des questions très techniques. Je ne vois absolument pas en quoi cela est incompatible, de la même manière que les montants qui sont donnés sont faramineux et grotesques". Le préjudice serait estimé à 7,5 millions d'euros.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.