En marge d'un meeting de Marine Le Pen, des étudiants juifs pris à partie par le service d'ordre du Rassemblement national

Le parti d'extrême droite a déploré pour sa part un blessé parmi ses agents de sécurité.

Marine Le Pen participe à un \"banquet patriotique\" à Metz, le 1er mai 2019.
Marine Le Pen participe à un "banquet patriotique" à Metz, le 1er mai 2019. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

Marine Le Pen organisait un "banquet patriotique", mercredi 1er mai, à Metz. En marge de l'évènement, des militants de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) qui tentaient de tracter ont été pris à parti par le service d'ordre du Rassemblement national, comme le montre une vidéo de l'UEJF publiée sur Twitter.

Le Rassemblement national a pour sa part déploré un blessé parmi ses agents de sécurité. Les militants de l'UEJF "se sont montrés violents, blessant sérieusement un membre [du] service de sécurité qui s'est vu donné 30 jours d'ITT [incapacité totale de travail]", a affirmé le parti dans un communiqué. Après l'incident, le parti a déposé "plainte pour coups volontaires".

Plainte contre plainte

"Nous déposons plainte contre le service d'ordre du RN pour coups et blessures en réunion avec usage d'armes", a de son côté affirmé le président de l'UEJF Sacha Ghozlan. "Lacrymogènes, matraques, violences. La justice doit réagir avec fermeté face à ces individus haineux qui veulent faire régner la terreur", a-t-il ajouté.

Sur Twitter, l'incident a beaucoup fait réagir. "Des militants du RN pris sur le vif entre haine et brutalité. Soutien aux militants de l'UEJF brutalisés", a écrit sur Twitter Nathalie Loiseau, la tête de liste de la majorité présidentielle pour les européennes. "Le Rassemblement national a beau chercher à ripoliner sa façade, les couches de peinture ne seront jamais assez épaisses pour masquer sa nature profonde", a réagi dans un communiqué Dominique Sopo, président de SOS Racisme.

Le député LREM de Paris Mounir Mahjoubi a dénoncé sur Twitter une "agression violente par les services de sécurité du Rassemblement national de Marine Le Pen ou plutôt sa milice interne". Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT, et la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) ont aussi exprimé sur Twitter leur "soutien" à l'UEJF.